mardi 28 septembre 2010

Rentrée bien pénible...

La semaine suivant la rentrée j'évoquais les séparations difficiles avec Nahélé  le matin à l'école...
Et bien avec le temps les choses ne se sont pas améliorées du tout...
"C'est l'histoire de quelques jours vous verrez, c'est normal mais ça ne va pas durer..."
Voici la phrase que j'ai entendu de tout le personnel éducatif et d'une grande partie des parents...
Sauf que trois semaines plus tard, les cris sont de plus en plus forts, les larmes qui démarraient au début à l'arrivée dans l'école ont avancées sur la route, puis à la maison au moment du départ et aujourd'hui à la maison au moment du réveil... Ai un peu l'impression d'attacher mon fils de force dans la poussette et de l'emmener à l'abbatoir
Les week-ends il nous harcèle 10 fois par jour pour s'assurer qu'on ne va pas le "laisser à l'école"ni aujourd'hui ni demain.... Si on a le malheur de dire que le lendemain y'a école les sanglots montent illico...

A écouter la maîtresse tout va pour le mieux, ses larmes sèchent vite le matin et le reste de la matinée il irait très bien...

Mwé.... Sauf que maintenant en plus il ne veut plus se coucher le soir et je me retrouve à des 22h30 dans son lit à lui faire un câlin et lui répondre 18 fois, "mais oui je t'aime mon p'tit coeur... Et non maman ne va pas te laisser...".


Contrairement à ses soeurs au même âge il s'exprime très bien, trop bien et il est très clair chaque matin c'est la même question qui me tord les boyaux :
- je ne veux pas aller à l'école maman, je veux Juste rester à la maison avec toi, pourquoi tu me laisses???
Alors nous sommes fermes : "un gros calin et hop ! On y va comme un grand ! Sèche tes larmes, papa et maman reviennent ce midi  et on passera toute l'après-midi à deux mon amour "!
Chaque matin je me rappelle de la veille... Quand je le récupère le midi il me dit que c'était bien... Mais il y a cette phrase unique et tout le reste... toute la journée, tous les jours...

J'ai bien tenté d'en parler avec son institutrice qui me dit qu'il a compris son emprise sur moi, qu'il en joue que c'est le petit dernier, que je l'écoute trop...Que tout va bien, que c'est normal... Et même qu'il y a des enfants qui pleurent jusque Noël !!!! (Hein??? Mais ces enfants sont en souffrance et personne ne fait rien ???) Et c'est moi qui écoute trop mon fils???

Euh.... Et les cauchemars en pleine nuit quand il se réveille en pleurant et en me disant qu'il ne veut pas aller à l'école, je les invente aussi???

Hier matin ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase... Les larmes et les cris de trop...
Bien sûr je n'ai pas cédé... Mais j'ai filé dans le bureau de la directrice:
- Bonjour madame je voudrais un rendez-vous urgent s'il vous plaît ?
- Bien sûr vendredi soir... 16h30
- Euh... ça ne va pas pouvoir attendre jusque là je le crains... Je pense retirer mon fils de l'école d'ici là...
- Oh là..... Euh... Ce matin 10h30 c'est possible pour vous ???
/ben voilà , j'savais bien qu'il y avait moyen avant... J'aurais dû commencer par là.../

Je me prépare donc psychologiquement à cet entretien... Et a recevoir tous les arguments classique que j'ai déjà entendu 100 fois mais que je ne souhaite pas pour mon fils ! Je me fiche des autres...il est hors de question que le mien pleure jusque Noël !
Je souhaite faire une pause de quelques jours,  diminuer le rythme qui ne lui convient visiblement pas...
Mais si j'entame comme ça, il me paraît évident que ça ne passera pas... Tout ce que j'aurais droit c'est une leçon d'éducation.... Et ça , ça va me gonfler très fort! lol

Je réchéflis donc... Et repense aux méthodes de notre cher président... Je vais annoncer une catastrophe et quand je reviendrai sur ma position pour quelque chose qui aurait dû être inacceptable , cela deviendra plus raisonnable et passera comme une lettre à la poste....
Façon " Une hausse de 30% du gaz annoncé l'été prochain.... / Hein ??? Quoi ??? Mais c'est un scandale !!!/ Euh... Non tout compte fait ce ne sera que 15%..../ Ah... Voilà qui est mieux!!!!! (Même si c'est un chiffre intolérable)"

Donc j'arrive, je lui débrieffe notre quotidien et les modifications de comportement de Nahélé... Ses angoisses, ce qui m'inquiète... Lui rappelle que nous travaillons dans la psychologie infantile et que nous savons tout de même reconnaître un enfant en détresse... Et en arrive à l'essentiel... Notre souhait de faire une grosse pause... Que peut-être il n'est pas prêt...  Et là l'hameçon mord...
 - Ouh la la .... Surtout pas !!! Il ne faut pas faire ça....Patati patata....
Et voilà que c'est elle qui me propose de diminuer le rythme et de passer à une matinée par semaine puis deux puis trois....
Ben voilà ! Et comme ce n'est pas mon idée, elle est formidable !!!
Sauf que je n'avais pas vu venir ce qui allait suivre...

La directrice me laisse quelques minutes... Et revient :
- Nous avons une psychologue scolaire formidable dans l'école qui est là pour aider les enfants et les parents en difficulté comme vous...
- Très bien... Donnez-moi ses coordonnées je la contacterai (Compte là-dessus et bois de l'eau !)
- Oh non... Ce ne sera pas nécessaire, elle est là et vous attend dans son bureau !!!
/ Oh c'est pas vrai  on ne pas remettre ça !!!/

Deux minutes plus tard je pousse la porte du bureau et là.... Surpriseuuuhhhhhhh !!!!
C'est LA psychologue avec laquelle je me suis prise la tête pour Lola l'an dernier.... Pour ceux qui ont râté ce grand moment, le rattrapage est disponible ICI !!!
Pas manqué, elle est aussi stupéfaite que moi !
- Argl !!! Vous êtes la maman de Lola c'est bien vous???
- Euh oui... Ravie que vous vous osuveniez si bien de moi , nous ne nous sommes pourtant rencontrées qu'une seule fois! (Niac ! niac! niac!)
 Ce fut très tendu, complètement inconstructif... J'étais déterminée (Bloquée selon elle), c'est ça et pas autrement...
De toute façon votre méthode ne va pas, Je vous ai accordé quasiment un mois, mon fils ne va pas mieux et c'est de pire en pire, "mauvais résultats, mauvaise méthode" comme on dit !!!!
Maintenant on va essayer la mienne ! Et je vous préviens, mieux vaut qu'elle fonctionne car celle de mon mari est encore plus radicale (si l'école l'angoisse, plus d'école=plus d'angoisse)  et on passera à la sienne si la mienne ne fonctionne pas !

Pour critères d'amélioration nous jugerons le comportement de Nahélé à la maison puisque de toute façon "à l'école tout va bien" (dixit)...

Voilà nous en sommes là... Nahélé ira donc à l'école le vendredi (c'est le jour du pain au chocolat) !
D'ici là , nous le rassurons et le préparons du mieux que nous pouvons... Chaque matin il conduit sa soeur à l'école et va la rechercher...
Il passe aussi à son école même si il n'y reste pas parce que maman attend sa copine  pour rentrer...
Voilà tout...

Mais il est bien difficile de se dresser face à la sacro sainte école ! Quand je repense aux chiffres annoncés la semaine dernière lors de la journée de lutte contre l'échec scolaire  :

1 enfant sur 3 à mal au ventre le matin avant de se rendre à l'école !!!!!
Vous trouvez ça normal vous???

Et ce n'est pas parce qu'il ne le dit plus que tout va bien... il a juste compris que de toute façon il devrait y aller... alors il y va, il est juste résigné.... Moi je ne veux pas que mes enfants se résignent, pas si tôt... Ils auront toute la vie pour ça ! !!!

Affaire à suivre maintenant...

7 commentaires:

Hélène a dit…

Je suis très touchée par l'histoire de ton ptit Nahélé... car je me revois à son âge dans la même situation... Et je peux te dire que ça laisse des traces ! Fort heureusement, tu te bats et tu montres à ton fils que tu es derrière lui pour cette épreuve, ce qui est super important pour son sentiment de sécurité intérieure...Continue de lui montrer ! Bravo.

Ps: j'espère de tout coeur, que les maitresses ne le laissent pas tomber dès tes talons tournés...

laurence a dit…

J'ai remarqué que mon fils s'éloigne beaucoup plus facilement de moi le matin quand je le dépose lorsqu'il voit son copain gardé chez la même nounou. Il n'y a pas un petit de son âge avec qui il pourrait être un peu plus en contact, qui va dans la même classe pour qu'il soit content de le retrouver ? une garderie où le laisser pour qu'il s'habitue à la collectivité sans la rigidité des horaires d'école ?
Et puis si c'est trop difficile, le mieux c'est de tout arrêter, de ne plus en parler et de voir en janvier comment il se sent d'y aller. Après tout l'école n'est obligatoire qu'à 6 ans, c'est plus le contact avec les enfants de son âge qui peut l'aider à grandir et aimer aller à l'école où les instits sont quand même souvent très sympas.

Maylis a dit…

Un bouquin génial qui te confortera dans l'écoute de ce que vit Nahélé, et te donnera des arguments contre vents et maîtresses: "Au coeur des émotions de l'enfant", d'Isabelle Filliozat. Je te le conseille vraiment, et pas que pour Nahélé d'ailleurs! Après, on y prend ce qu'on veut, pour moi il est un peu excessif mais l'ambiance est beaucoup plus zen à la maison depuis qu'au lieu de réfréner colères et éclats de joie, je les écoute et les accompagne!

Fofie a dit…

Pour Hélène, Merci de ton soutien... ça fait du bien, parfois j'en arrive même à douter de faire le bon choix... En même temps... y a-t-il UN bon choix, oui , celui qui conviendra à Nahélé... Mais au moins j'aurai essayé celui que me souffle mon instinct de maman.

Pour Laurence: Malheureusement, je ne connais pas d'enfants dans sa classe et la halte garderie de mon villach' est réservé aux mamans qui travaillent... Avec mon congés parental je n'avais pas le droit d'y laisser Nahélé , même quelques heures... Comme en plus la place manque il est normal qu'ils aient la priorité... Mais du coup Nahélé n'a jamais été gardé de sa vie !!! Pas même quelques heures sans nous... imagines le changement violent pour lui !!!! D'un coup sa maman et son papa le laissent tous les matins ou presque... Il ne comprends pas le pauvre...
D'ailleurs il ne cesse de me le demander "mais pourquoi tu me laisses maman ? je veux Juste rester avec toi..."

Pour Maylis : Merci pour le tuyau du bouquin... Mais euh... a tout hasard tu ne l'aurais pas chez toi pour me le prêter... chuis raide fauchée et ne peu absolument plus me permettre un achat pour l'instant et je doute de trouver cet ouvrage à la bibliothèque municipale !
D'avance merci !

Maylis a dit…

Pas de soucis, j'ai le bouquin et te le prête sans problème! Par contre, c'est un cadeau et j'y tiens beaucoup alors je me permettrais d'écrire mon nom dedans pour le retour (j'arrête pas d'oublier qui m'a prêté quoi...c'est du vécu!!).
En plus, ça nous permettra de nous voir un peu!

laurence a dit…

Comme tu l'expliques, on comprend qu'il ait du mal à se séparer (et peut-être pas que lui hein ??) alors oui, négocier avec l'école une période d'adaptation parait être une solution adaptée. C'est ce qu'on fait avec l'assistante maternelle ou la garderie : l'enfant vient de courtes périodes, d'abord avec son parent, puis tout seul. Le temps de bien vérifier que oui maman revient et que c'est intéressant de grandir.
Bon courage.

Fofie a dit…

C'est ce que je me suis dit...
Quand on fait garder un enfant pour la première fois on y va progressivement... C'est avec ce raisonnement là que j'en suis arrivée à cette situation et a la proposition de faier d'abord une journée puis deux puis trois....
Pour la séparation, suis très heureuse quand mon poussin est à la maison, mais euh...faut que je travaille maintenant moi ! Le congès parental est terminé depuis 6 mois et maintenant il faut que les soux rentrent ! Et ils rentreraient plus vite si petit bonhomme laissait môman travailler au moins le matin tranquillement !lol
Donc pas trop envie de jouer les prolongations même si bien évidement, si je gagnais au loto, ce serait différent ! lol
Mais ce sera son bien être avant tout , donc cela prendra le temps qu'il faudra.... mais nous irons à son rythme et tant pis si on se serre la ceinture encore un peu plus... nous ne sommes plus à ça près !