vendredi 8 octobre 2010

Patients oui.... Mais pas trop longtemps surtout !

Ce matin à 8h30, me voilà à nouveau dans les couloirs de l'école pour y déposer Nahélé pour la deuxième fois depuis que nous avons convenu de ce nouveau rythme...
Alors il n'y va pas de gaieté de coeur, il pleure toujours au moment de la séparation mais au moins, à la maison cela va un peu mieux... Il n'angoisse plus le soir au coucher , mise à part la veille au soir, Plus de réveils nocturnes pleurant qu'il ne veut plus qu'on le laisse, qu'il ne veut pas y retourner...
Il bégaie moins mais ce n'est pas encore totalement passé, quand il stresse un peu c'est reparti... Et les pipis au lit continuent (alors qu'il n'y en avait plus depuis 3 mois)
Pas mal d'améliorations donc en à peine 2 semaines.

Sauf que ce matin, je venais de déposer mon poussin en larmes et m'apprêtais à quitter l'école lorsque je suis tombée sur la directrice qui visiblement me guettais...
- Vous comprenez madame, ça ne peut pas durer, il ne peut pas venir qu'une fois par semaine, ce n'est pas suffisant, il doit venir plus, il perturbe la classe, c'est compliqué pour la maîtresse... et patati et patata...
- Attendez une minute ! Nous n'avions pas convenu d'aller à son rythme ?
- Si mais vous devez comprendre que.
- Que quoi? C'est la deuxième fois aujourd'hui que je le dépose dans ces conditions, j'ai de très bons résultats à la maison
A son tour de me couper pour me répondre que si les résultats sont bons alors il peut justement revenir !
- Euh... Je me répète mais nous avions convenu à SON rythme ! Je me demande comment peut-il compliquer la vie de la maîtresse quand il n'est pas là !
- C'est que le vendredi ses pleurs perturbent le reste du groupe !
- Comment ? ... Il me semblait qu'il ne pleurait que quelques minutes lors de notre séparation et après que tout allait bien ? Comment pourrait-il perturber la classe ???
- Euh... C'est que... Vous comprenez que cela ne peut pas durer ainsi...
- Mais cela fait 2 semaines !!! Pas deux mois !!! Et les enfants qui sont malades par exemple, ils perturbent aussi ???
- Nous savons tous les deux que ce n'est pas le cas, il prend du retard sur les autres enfants
- Attendez, mon fils connaît toutes les couleurs par coeur et sait compter jusque 10 en énumérant les objets un par un, il fait des phrases complètes avec sujet verbe conjugué et complément... je ne pense pas que son retard soit considérable, mon but est actuellement de lui apprendre à gérer la séparation sans angoisser dès la veille et non d'en faire un premier de la classe alors je me fiche de son retard (Pinaise à croire qu'il va passer son bac à la fin de l'année maintenant !!!)

Bref, il était beau le discours de la patience et de la compréhension, du rythme de l'enfant etc... etc...
Il n'aura pas duré longtemps !!!
Du coup le midi j'ai re-chopé gentiment et poliment la maîtresse en lui expliquant que  de toute façon il maintiendrait ce rythme au moins jusque la Toussaint et nous rajouterons le mardi de retour de vacances avec pour objectif de rajouter un troisième jour après Noël ! Je me suis néanmoins excusée des désagréments que ma décision occasionnait et l'ai remerciée de sa compréhension et de son aide.

Ce n'est vraiment pas facile de tenir tête à ce système et surtout je ne veux pas que mon fils en subisse les conséquences, volontaire ou inconscientes... Si c'est pour que ses maîtresse s'en désintéresse et ne s'occupe plus de lui, cela ferait pire que mieux...
Je suis un peu perdue et surtout très soucieuse de faire le meilleur choix pour lui... J'ai vraiment l'impression de marcher  sur un fil et d'avoir l'équilibre très précaire !
Je continue de tenir ma ligne de conduite de maman, celle dictée par mon instinct maternel.
je n'ai pas la prétention d'affirmer que c'est la meilleure et encore moins l'unique méthode, mais au moins j'ai la certitude de faire ce que je pense être le mieux et de ne pas me laisser dicter ma conduite par des étrangers qui avec tout le respect que je leur porte, ne connaissent pas mon petit homme et ne vivent pas avec lui et d'ailleurs se ficheront bien de savoir si dans 3 ans il est en échec scolaire, voire pire en phobie scolaire suite à un blocage de sa petite enfance !
Alors j'essaie de tenir le cap... 

Mais il est très clair que si 3 semaines après notre retour de vacances, son comportement n'a pas changé et que c'est toujours les gros sanglots le matin, alors nous en resterons là pour cette année avec la conviction d'avoir essayé mais que ce n'est peut-être juste pas le bon moment.
D'ici là, je croise les doigts pour qu'il se sente de mieux en mieux... Et qu'il parvienne à reprendre une scolarité "normale", parce que moi, j'ai aussi besoin de temps à la maison pour ma petite entreprise car mon congés parental est terminé depuis maintenant 6 mois, il faut donc que je travaille...et c'est loin d'être évident de se concentrer avec un petit calinou sur les genoux ou même dans la pièce!



1 commentaire:

laurence a dit…

C'est vrai que c'est difficile de ne pas rentrer dans le rang même (et surtout) si il y a de bonnes raisons. Essaie de voir s'il existe dans la grande ville la plus proche (peut-être Lille, je ne sais pas trop ta géographie) une antenne de L'école des parents. Souvent, il y a un numéro vert pour téléphoner, ils auront surement une expérience et peut-être un soutien à apporter pour éviter d'envenimer la situation car si Nahélé sent trop ta réticence par rapport à l'école, on peut craindre qu'il ait un peu de mal à faire confiance ...
Amitiés.