jeudi 9 octobre 2014

Faille spatio-temporelle de deux mois ?

La semaine dernière, au volant sur le chemin du lycée, je papotais tranquillement avec ma grande fille...
Sujet du jour: les nouvelles copines formidables.

Quand dans le normal elle m'explique entre le feu rouge et la priorité à droite que la copine avec qui elle mange tous les midis est maman d'une petite fille de 9 mois!
Et là ce fut l'explosion dans la tête:
D'abord mon cerveau à enclenché la fonction "replay" deux ou trois fois de suite pour s'assurer qu'il avait bien entendu et compris cette petite phrase qui paraissait si anodine dans la bouche de ma fille et qui eut l'effet d'une bombe sur moi...
Tandis qu'il venait de se lancer dans de savants calculs pour déterminer à quel âge cette toute jeune lycéenne avait pu tomber enceinte pour que sa fille ait déjà 9 mois, tout en hallucinant sur sa précocité sexuelle, Lola balança la deuxième salve toujours aussi simplement sans même réaliser que pour le coup je venais de griller une priorité à droite heureusement déserte !
Et là elle m'explique que c'est arrivé à une soirée pendant laquelle son amie était totalement ivre, tellement d'ailleurs qu'elle ne se rappelle de rien !!! O_o

Deuxième bugg cérébral alors que fort heureusement j'étais arrivée sur le parking de l'école...
J'avais beau essayer de relativiser en me disant que le cas était suffisamment fréquent pour que l 'on en fasse une série télévisée, dans mes souvenirs du seul épisode vu, la jeune fille de la télé n'était pas en seconde, encore moins 9 mois après la naissance...
Et puis, dans la série y' a au moins un tout jeune papa dans le scénario , pas un illustre inconnu si lâche qu' il ne s'est même pas manifesté...

Trente six mille question fusèrent alors dans ma tête sur le pourquoi du comment une si jeune fille pouvait se retrouver en soirée avec tant d'alcool sans que personne ne soit intervenu...
Sur quel regard ma fille pouvait bien porter sur cette histoire ? Sur ses réactions, son analyse...
Tout cela doublé de l'envie de lui faire une morale intersidérale sur les dangers de l'alcool, des relations sexuelles non protégées...alors même que retentissait la sonnerie de reprise des cours!

Voilà comment je me suis retrouvée sur le parking, seule dans ma voiture, la tête complètement en vrac... Pour le coup j'ai bien failli lui faire sécher la première heure pour pouvoir éclaircir  le sujet mais elle a filé en moins de temps qu'il ne m'en faut pour l'écrire , profitant de ma stupeur et de ma perplexité, me criant un "bon après midi" de loin...
Comme si je pouvais passer une bonne après-midi après ça...
Quelle insouciance ces gnômes !!!

Vous imaginez bien que tout cela a donné lieu à un échange approfondi sur le sujet dès son retour des cours mais la n'est pas le sujet du jour...

Il faut dire que la semaine précédente , l'échange approfondi portait sur ces jeunes ados ( auttre copine) totalement livrés à eux même parce que la maman célibataire travaille de nuit et dort le jour...
Certes, pouvoir inviter qui on veut tous les soir pour dormir et manger tout ce que l'on veut quand on veut pouvait paraître attirant mais , même si elle ne le réalisait pas encore à son âge, la situation n'était pas simple à vivre à 15 ans et entraînait des complications insoupçonnées...

Débats sur lesquels il faut revenir plusieurs  fois pendant plusieurs jours pour répondre aux questions nées de la réflexion sur notre précédent échange... Bref c'est animé depuis la rentrée au lycée...
Et si il n'y avait que cela...

Avant-Hier c'était le suicide d'un étudiant de 14 ans en face de l'école qui a bouleversé tous les étudiants et dont il a fallu débattre et essayer d'expliquer l'inexplicable...
Débat encore ouvert ce jour et que je devine non clos suite aux rumeurs et supputations sur les causes de son acte...

Vous l'aurez compris, mon cœur de maman n'est pas loin de la panique là...

Mais où sont donc passés les gentils petits collégiens qui passaient leur brevet y'a 3 mois ???
Que s'est il passé les deux mois d'été pour transformer ces enfants insouciants en jeunes adultes inconscients ?
Que sont devenus les échanges de cour de récréation sur la dernière prestation du chanteur préfère ou sur la vitrine de la boutique de fringues du centre commercial voisin?


Maintenant ça parle alcool, drogues, bébé, suicide...
Comme ça... Presque du jour au lendemain!
Ces mots dans les bouches d'enfants , pas plus mûrs en septembre qu'ils ne l'étaient en juillet...
Je trouve cela d'une violence!


Voilà les plus grands de la cours de récréation du collège qui deviennent  soudainement les plus petits dans les cours de lycées au milieux de certains jeunes adultes avec leurs problèmes d'adultes sans pour autant qu'ils soient armés psychologiquement pour ne pas se laisser déstabiliser...

En tant que parents nous n'avons pas d'autre choix que d'accompagner ces situations délirantes à nos yeux...
Je suis également ravie d'apprendre qu'un professeur lance également le débat régulièrement et a même improvisé hier une projection sur le suicide des ados permettant d'ouvrir le débat à la fin du film...
Mais je ne cache pas ma peur...
J'en suis à un point où quand Lola est rentrée hier soir en clamant qu'elle avait un truc à me dire j'ai tressailli... Angoissée à l'idée de ce qu'elle pourrait bien me ramener encore comme info hallucinante sur laquelle il faudrait encore débattre en cherchant les mots les plus justes pour ces maux d'ados...
Et encore j'ai bien conscience d'avoir de la chance d'avoir une "ado bavarde" qui ne garde pas tout pour elle et qui nous laisse l'opportunité de dialoguer...

Alors Dieu merci, pour hier soir il ne s'agissait que du compte rendu du groupe de parole sur la première période scolaire , sorte de mini conseil de classe...
À la fin de son récit une voix tremblante à demandé "c'est tout? Rien d'autre?"
Même voix qui lâcha un soupire de soulagement quand elle me répondit qu'il n'y avait rien d'autre a raconter...

Alors je m'interroge ... Et vous avez peut être une partie des réponses que je cherche...
Est ce cela dans tous les lycées ?
Est ce particulièrement trash dans les lycées techniques parce que la "clientèle BEP/CAP/Bac pro"est en majorité moins élitiste et issue de classe sociale plus difficile que dans l'enseignement général ?
Pour ceux qui sont confrontés aux mêmes soucis... Vous gérez comment vous? Vous en pensez quoi ?


mercredi 1 octobre 2014

Ma fille à les yeux de Charlie, celui qui a une chocolaterie (pas celui de "où est charlie?" )


ET MERDE!!!

Je viens de laisser filer une semaine !!!
Une semaine sans prendre le temps de me poser et de me reposer... :(
Une semaine à courir après tout, après le temps, après les enfants, après le médecin aussi pour mon petit homme dont les intestins montrent à nouveau grands signes de faiblesse...

Bon, je ne vais pas perdre plus de temps à me lamenter...
Je vais plutôt m'appliquer à reprendre le rythme presque régulier que j'avais réussis à rétablir ces derniers jours...

Et ce soir je voulais partager une petite anecdote que m'a offerte ma fille de 12 ans ce midi et qui m'a impressionnée...

Mon petit mari et moi étions affairés à l'assemblage de notre nouvelle bétonnière lorsqu'elle est rentrée de l'école...

Peu habitués aux outils de chantier je pense que c'était la première fois de sa vie qu'elle devait en voir une petite comme cela...


Elle est restée plantée devant, en silence, de longues minutes...
Elle l'a observé sous tous les angles, l'air perplexe...
Puis soudain, son regard s'est illuminé !

Alors que je m'attendais à ce que son esprit vif et brillant m'explique son mode de fonctionnement ou me déniche une astuce d'utilisation elle déclare le plus sérieusement du monde :

" Plutôt que de faire du béton, que je me demande bien comment ça va faire du béton d'ailleurs, on ne pourrait pas plutôt faire des pralines là-dedans???"


" Ca à l'air nickel! En plus ça tourne pour ne pas que le caramel colle... Il suffirait jute de faire une petite flambée sous la toupie et ce serait parfait... Oui vraiment Parfait!!!"

Et puis elle est rentrée à la maison...
Me laissant plantée là, devant ma bétonnière, bouche bée...
Effectivement, ce serait parfait... Bon certes il faudrait beaucoup de cacahuètes et encore plus de caramel pour une bétonnière de 150 litres...
Mais elle m'a scotchée... 
Son regard d'enfant, sa spontanéité, sa fraîcheur, son innocence, sa gourmandise...
Je me suis dit que cela faisait une bonne heure que je m'acharnais sur cette machine et que je venais de passer une heure à la regarder avec mes "yeux d'adultes"...

Je me suis prise une gentille "claque"... Et je me suis dit que oui, vraiment, la vie était plus belle dans les yeux des enfants... 
Et heureusement qu'ils sont là pour nous guider à leur tour parfois...

Merci mon petit poussin pour cette petite "piqûre de rappel"... 

mercredi 24 septembre 2014

Ouvrier

Je partage ce matin sur une réflexion que je mène depuis quelques jours sur les ouvriers au sens large...

On entend souvent que les conditions de travail des ouvriers du bâtiments ou des travaux publics sont difficiles, entre les charges lourdes, les contraintes techniques, les caprices météorologiques, les horaires parfois inhumains et les dangers sur les chantiers, presque tout le monde s'accorde à dire que ce n'est pas un métier facile... Et pourtant il existe en France et dans les pays civilisés en général une sorte de "mépris" envers ces hommes...

L'énorme majorité des personnes qui travaillent dans les bureaux, s'imaginent que parce qu'ils ont quelques années de plus d'études au compteur, ou que parce qu'ils travaillent en tailleur ou costume cravate cela fait d'eux des personnes plus respectables...
Alors certes, le bâtiment recrute parfois à BAC moins deux ou moins trois mais il n'en reste pas moins que le métier est difficile, bien plus que de passer 7 ou 8 heures le cul sur une chaise derrière un ordinateur dans un bureau chauffé l'hiver, climatisé l'été ! (Chose que j'ai faite pendant près de 10ans)

Ici , depuis le début de notre chantier, nous nous rendons encore plus compte à quel point la tâche est épuisante... A quel point nos corps sont fatigués, nos muscles souffrent...Et nous avons conscience que pour l'instant la météo est avec nous !
Et je prends conscience que mon respect et ma reconnaissance n'étaient pas à la hauteur...

Et puis grâce à la lecture de la saga des "Piliers de la terre" je me suis souvenue qu'autrefois, il n'était pas question "d'ouvrier" mais de "Bâtisseur"!
Vous la sentez la différence ?
Vous sentez à quel point le terme "d'ouvrier" est réducteur?
Moi quand j'entends "ouvrier" je pense au millier de petite fourmis ouvrières qui triment toute la journée dans la fourmilière, qui semble ne jamais s'arrêter, qui soulèvent jusque 4 fois leur poids...

Autrefois, être bâtisseur était une fierté... Aujourd'hui je ne connais personne qui dise "Ohhh mon gendre est ouvrier du bâtiment" comme on dirait "ohhhh mon gendre est médecin"...


Et pourtant... En remontant un peu le temps et en se posant quelques question le regard change...

• Qui a construit notre belle maison, notre "home sweet home" dans lequel on se sent si bien?
• Qui a construit les maisons de nos proches, nos familles, nos voisins ... ?
• Qui a construit les écoles pour nos enfants, les boulangeries où nous achetons notre pain,  les églises et temples ou nous prions, les gares et aéroports grâce auxquels nous voyageons, les bureaux où nous travaillons (oui bon d'accord, pour ce dernier exemple ce n'était pas obligatoire !) ?
• Qui construit et entretient les routes grâce auxquelles nous nous déplaçons si facilement et si rapidement?
• Qui a aménagé les trottoirs pour la sécurité des piétons ?

Et je pourrais en écrire des dizaines comme cela...
Alors certes mesdames ou mesdemoiselles qui ne s'est jamais faite interpeller ou siffler vulgairement en passant devant un chantier par quelques malotrus qui manient la pioche ou la truelle ? 
Mais pour leur défense je rappelle que les pervers et les harceleurs sexuels sont aussi fort  (plus ?) nombreux dans les bureaux...
Et puis un goujat mérite-t-il de mettre tous les hommes dans le même sac?
Je ne pense pas.

J'avoue que depuis quelques jours mon regard a changé sur ces hommes qui travaillent par tous les temps pour notre bien être et dans l'ombre, pour ne pas dire l'obscurité la plus opaque...
Et même si quelques publicitaires plaident en faveur de ces corps de métier, tout le monde  n'a pas le physique du jeune homme de la pub' coca-cola light dont je suis certaine que toutes mes lectrices se souviennent...

On ne devrait plus parler d'ouvrier pour personne ! 
Tous les homme et les femmes qui consacrent leur vie à un métier méritent un titre respectueux...
Nous ne devrions pas parler d'ouvrier agricole mais bien d'agriculteur...
Plus d'ouvriers du bâtiment... des bâtisseurs

Ben quoi? Les femmes de ménages sont bien devenues des techniciennes de surface et les caissière des hôtesses de caisse... Voilà qui est bien plus valorisant!
Et il est important de valoriser toutes ces personnes qui ont un métier difficile et qui méritent à mes yeux encore plus de respect pour le travail qu'ils accomplissent courageusement chaque jour que les bureaucrates !

Alors certes, je ne révolutionnerai pas le Larousse ce matin...
Mais si je parviens à faire que vous soyez interpellé par cette réflexion et que votre regard aussi se charge de respect envers ces hommes et ces femmes alors leur vie sera un peu plus belle et leur tâche un peu plus légère...

La semaine dernière j'ai remercié l'agent d'entretien de la ville qui nettoie quotidiennement nos trottoirs et qui se cassait le dos sur son balai... 
Il s'est arrêté et m'a demandé de quoi je le remerciais...
Je lui ai expliqué que grâce à lui, chaque jour, j'allais conduire mes enfants à l'école dans une ville propre et que j'avais conscience que c'était grâce à lui...
Un sourire a illuminé son visage et j'ai même senti un élan de fierté...
Il m'a dit que peu de gens lui disaient bonjour, que parfois il avait l'impression d'être transparent, mais que pour le coup, jamais on ne lui avait dit Merci et qu'il était heureux !
Et il est reparti plus léger, et même plus droit sur son balai...
Vous vous rendez compte du pouvoir d'un seul mot ? Juste un petit "Merci"...
Un mot gorgé de respect , qui peut changer une journée et  que l'on peut offrir à tout le monde...











mardi 23 septembre 2014

Un agrandissement fidèle à nous-même...

J'ai déjà évoqué il y a quelques semaine, l'immense chantier auquel nous consacrerons pas loin d'une année je pense, et que nous avons entamé au début de l'été... L'agrandissement de notre maison qui devient trop petite pour nous 6...

Tout l'été nous l'avons passé à dégager l'emplacement de la future extension, ce qui signifiait abattre l'abri bois de  près de 10m2 qui nous servait à entreposer le bois d'hiver et les outils de jardinage, nous avons démonté notre superbe poulailler de compet' avec regret mais il fallait se rendre à l'évidence, nous ne pouvions plus le garder... Nous avons également reconstruit un nouvel abri pour stocker le bois au sec, déplacé deux arbres à la pire saison mais avec 1000 précautions, terrassé le jardin, cassé la chape de béton de l'ancien abri etc etc... Bref, on ne s'est pas ennuyé de l'été !

Depuis la rentrée des classes, nous avons creusé les fondations... Acheté un marteau piqueur de compétition car creuser des fondations dans la terre aurait sans doute été trop facile pour nous alors il a fallu qu'il y ait déjà des fondations en béton armé sur le tracé des nôtres histoire de corser un peu les choses...
/A la relecture de cet article, mon petit mari me signifie que je n'ai pas été suffisamment été claire il tient donc à ce que je rajoute sa version :
"Tu veux dire que je me suis pété le dos pendant 3 semaines avec ce putain de marteau piqueur qui pèse 18 kilos et qui m'a secoué comme un prunier  sur ces satanés blocs de béton qu'il a ensuite fallu évacuer en 8 voyages à la déchetterie avec une remorque remplie de gravats et que ce qui devait nous prendre une semaine de travail nous a occupé 3 semaines!!!"/

Et pendant tout ce temps, la majorité de notre temps libre était consacré aux débats pour connaître la nature de notre future construction...
Bien évidemment nous avons éliminé les traditionnelles briques rouges du nord pour leur coût, avons effectué de savants calculs pour estimer le nombre exact de parpaing dont nous aurions besoin, sommes allés dans la cour matériaux des magasins de bricolage pour calculer pas loin à l'euro prêt le montant de la future addition et là le choc : il allait falloir plusieurs tonnes de sable!!!

Christophe analysait qu'il faudrait les porter, les mélanger,  les maçonner...
Et moi j'étais restée bloquée sur d'où venait ce sable... Le reportage d'Arté "le sable, enquête sur une disparition" m'ayant complètement traumatisée !!!
Je voulais mon salon plus grand mais je ne voulais pas financer le pillage de la nature...
Et je suis rentrée à la maison torturée alors que j'étais juste allée chercher des réponses pour m'apaiser sur ce projet qui conservait au fond de moi une part de contrariété...

Bien sûr mon petit démon intérieur me soufflait que des milliers de gens faisaient construire leur maison, que cela impliquait l'usages de milliers de tonnes de sable, que je ne pourrais pas y couper mais construire cet agrandissement en parpaings m'aurait laissé l'impression d'avoir du "sang sur les mains"...

Alors nous avons investit dans des bouquins de constructions écologiques...
Partout le même laïus... Très écolo, très respectueux, mais aussi.... très cher !!!
Une armature en bois ayant déjà un coût élevé, il fallait de surcroit utiliser des isolants naturels...(exit toute la collection de styrène et autre cochonstés)
J'étais (et je suis encore d'ailleurs) très en colère de devoir payer plus cher pour des matériaux respectueux de l'environnement et également de notre santé...

Nous avons envisagé néanmoins le bois très sérieusement, avons effectué de nouveaux savants calculs pour estimer très précisément les matériaux extérieurs, les isolants etc...
Et si nous étions prêts à payer plus cher pour avoir une construction qui corresponde à nos idéaux, nous n'étions pas spécialement prêts à sacrifier l'isolation ou l'aspect extérieur (exit le vilain bardage de bois qui à nos yeux, en plus de faire mobilhome noircit avec le temps ! Certains pensent que cela lui confère tout son charme mais nous ne sommes pas de ceux là.)

Résultat nous avions la désagréable impression de tourner en rond et d'entamer un chantier sans même savoir où il nous mènerait !!! L'horreur !!! En plus du travail de titan, il n'y avait pas moyen de se projeter vers l'avenir qui ne se clarifiait pas.

Et puis, au fil des recherches nous avons découvert et approfondit le sujet des maisons en paille !!!
Et là ce fut comme une évidence !!! Mais bien sûr! Comment pouvait-il en être autrement ???
Tout collait à la perfection :
- L'isolation n'a pas son pareil
- Le matériau est renouvelable en plus d'être écologique!
- La structure est en bois que nous maîtrisons...
- L'esthétique est superbe
- Les enduits à l'argile seront fait avec la tonne d'argile que nous avons dans le jardin (difficile de faire plus local!)
- Nous pouvions auto-construire même en hiver...

Le seul défaut que nous recensons est sur l'épaisseur des murs (Eh! La largeur d'un ballot) qui fait perdre un peu de surface habitable mais au moins on sait pourquoi...
Et avec une telle isolation, y'a limite plus besoin de chauffage... on craque une allumette et hop il fait 18° ! lol

Et depuis que nous avons pris cette décision, nous sommes en plein accord avec nous-même, heureux de nous lancer dans cette nouvelle aventure qui nous apprendra beaucoup et qui nous a d'ailleurs déjà permit de découvrir plein de nouveautés...
Nous sommes aussi fiers, très fiers de résister à la dictature du parpaings...

Et curieusement, depuis ce choix tout s'enchaîne à la perfection avec une simplicité déconcertante !
(Attention je n'ai pas écrit que les travaux étaient simples... j'ai écrit que l'organisation est soudain bien fluide et semble simple et logique)
• Un agriculteur situé à moins de 5 kilomètres de la maison nous  fournit toute la paille...


• La livraison du bois se précise, une entreprise du village de ma grand-mère...
Les fondations ont été coulées hier...
Là aussi Christophe précise :
"On s'est fait chier pendant plus de 12 heures hier pour ferrailler, ligaturer des dizaines de mètres de fers tout rouillés en risquant le tétanos à chaque minute pour que tout soit nickel à l'arrivée de la toupie... Toupie qui nous a charrié des mètres cubes  de béton qui pesaient des tonnes et  que l'on a du déplacer au seau et à la brouette car le terrain était inaccessible pour le camion et qu'une pompe aurait coûté le double de prix! A 20 heures hier on était encore en train de lisser le béton tout cela pour que le connard de chat des voisins se croit sur Hollywood boulevard et nous laisse sa collection d'empreintes ad-vitam aeternam!!!
T'as raison tout s'enchaine avec simplicité !" lol

• On commence à lever les soubassements la semaine prochaine...
• Objectif dalle réhaussée dans 15 jours...

Tout cela bien sûr en continuant les multiples allers et retours scolaires, en travaillant et en s'occupant de la maison, des animaux et en continuant de militer pour notre belle planète...
Bref, en monde "Wonder Fofie" pour quelques mois à venir maintenant ! lol

J'ai crée une nouvelle rubrique "construction en paille" dans laquelle je reviendrai poster des photos régulièrement de l'avancée du chantier, si cela peut aider du monde comme les blogs de nos prédécesseurs l'ont fait pour nous, ce serait extra !





dimanche 21 septembre 2014

Citation du dimanche...

Allez aujourd'hui je me penche sur deux lignes de Victor Hugo...
M'enfin, sans le savoir, j'ai moi aussi cité du Victor Hugo bien souvent, 
cette phrase est  même un de mes fers-de-lance préféré...




samedi 20 septembre 2014

Caprice de Bobo... Pleinement assumé !

Il y a un an, j'investissais dans un blender  de compet' Riviera&Bar d'occasion pour la modique somme de 50 euros après m'être assurée qu'il existait bien un vrai service après-vente pour les pièces détachées histoire de ne pas devoir racheter un nouveau bloc moteur juste parce que j'ai deux mains gauches et que le bol est en verre...
A l'époque j'étais déjà bien inspirée puisqu'en un an j'ai cassé deux bols... Le premier m'a glissé des mains, le second a claqué d'un choc thermique parce que j'ai voulu le laver trop vite avec de l'eau trop froide... :(
Bon pour ma décharge, je m'en suis vraiment beaucoup servie et il nous a régalé tout l'hiver dernier de délicieux veloutés, de smoothies au printemps, de milk-shakes en été... Bref il a mixé toute l'année!
Mais lorsque les lames ont rendu l'âme sans la moindre raison autre que l'usure et qu'il me fallait ré-investir 40 euros pour le bloc lame, je me suis franchement posée la question... Est-ce que je continue d'investir dans un appareil qui me coûte régulièrement et qui n'est peut-être pas si solide que ça... ou est-ce que là que je me rends compte que mon utilisation est intensive, j'investit dans du matériel qui me correspond mieux à savoir déjà : un bol en inox, ensuite une capacité de au moins 1,5 litre !

Après quelques heures de recherches, de comparaison, de réflexions...
J'ai fini par craquer sur une petite machine qui me faisait de l'oeil depuis un petit moment et qui correspondait à tous mes critères (sauf le financier) mais j'ai choisis l'investissement pour son côté facilitateur de vie, moi qui passe la mienne à  courir après le temps...


The Soup&Co de Moulinex...

Pour ceux qui ne connaissent pas, un blender (bol inox) qui a la particularité de chauffer en plus de mixer... (Bien sûr il mixe aussi le froid et pile même la glace!)
En gros, c'est un babycook pour adulte ! ;)
On met dans le bol tous les ingrédients de la soupe, on lance le programme et on ne s'occupe plus de rien, on ne surveille plus la cuisson, on ne revient plus goûter les légumes toutes les 5 minutes pour s'assurer d'une bonne cuisson, la casserole ne déborde plus sur la plaque de cuisson, on ne perd plus l'eau de cuisson dans la passoire, on ne manque plus de se brûler en transvasant le tout brulant dans le blender, on ne fait plus réchauffer après mixage on ne brûle plus la soupe sur le feu parce qu'un gnôme avait un besoin urgent de maman pour survivre le reste de la soirée et que du coup maman a zappé la soupe...
Juste on programme la machine en 2 ou 3 clics, a savoir 2 ou 3 secondes... Elle chauffe, à température contrôlée à 100° (au dessus de 110° la destruction des vitamines et minéraux est beaucoup plus importantes) et quand la cuisson est OK elle mixe le tout toute seule comme une grande et nous appelle de quelques bip quand la soupe est prête à déguster... 
Et même que si nous avons un peu de retard sur le repas, elle garde au chaud la bonne soupe jusqu'à ce que l'on passe à table !!! Ah j'oubliais : 1,8 litre de bonne soupe... Soit pile poil ce qu'il faut pour 6 personnes!!!

Et  si cela ne suffisait pas à vous convaincre :  elle a un programme auto-wash !!! (auto-nettoyant)
Alors? Elle n'est pas parfaite ma petite machine???

Bon clairement, mon petit mari la trouve trop chère (entre 160 et 200€ selon que l'on prenne avec ou sans bol vapeur, en blanc ou inox...), il me dit que j'aurais pu casser 10 bols de blenders premier prix pour ce prix là, qu'il n'y a pas besoin de cette machine pour faire de la soupe, que c'est un gadget, "caprice de bobo" et j'en passe... 
Et ben wé !!!  
J'assume!!! Mais alors complètement !!! Bon pas forcément très fière de moi d'avoir cédé à un truc pas indispensable au quotidien, mais je ne m'en cache pas : J'adôôôôôre ma petite machine à soupe et depuis que je l'ai je fais de la bonne soupe fraîche tous les jours... Et chaque jour le plaisir est là, tant à la préparation qu'aux dégustations !!! Son capital bonheur est énorme, l'investissement est donc à mes yeux déjà rentabilisé !

Et puis, je m'amuse à tester plein de recettes... De mon classique "velouté de courgettes" qui a réconcilié les enfants avec les légumes, à celui de carottes, de brocolis ou de potiron en passant par de la soupe aux champignons... 
Ou comme hier une délicieuse soupe du soleil avec une demi grosse aubergine qu'il me restait et quelques tomates (6 Tomates grappe), deux cuillères à soupe d'huile d'olive et un peu d'origan...
Un pur délice pour bien débuter le repas, pour boire en soirée devant l'ordinateur ou dans le canapé sous un plaid tout doux... ou même au petit dej' pour les plus sucrées...

Bref y'a pas d'heure pour une bonne petite soupe et depuis que cette fabuleuse petite machine traîne sur mon plan de travail toute la famille fait encore plus le plein de bons légumes bio...

Bon alors je ne suis pas sponsorisée par Moulinex, mais une petite machine qui fait tant plaisir, qui fait gagner beaucoup de temps et qui régale de légumes les petits gnômes... Ca méritait bien un article !!!

Et puis cet article c'est aussi l'occasion de vous demander de partager en com' votre recette de soupe préférée pour que je puisse m'amuser en variant les plaisir et trinquer à votre santé en découvrant de nouvelles saveurs...
D'avance merci pour les partages et bonnes soupes à vous aussi qui viendrez chiper quelques recetttes ! ;)

jeudi 18 septembre 2014

Cantine scolaire ça rime avec...GROSSE COLERE !!!

Ce matin je suis d'humeur grincheuse...
Je n'aime pas trop publier des coups de gueule deux jours de suite au risque de passer pour une râleuse, mais pour ma décharge, hier soir j'avais réunion parents/professeurs au lycée et ils m'ont fâchée très fort... Alors forcément, ce blog reprend ses vertus thérapeutiques (Eh! C'est moins cher qu'une séance chez le psy!) lol

Avant de vous raconter ma soirée d'hier qui fut de loin la plus mémorable des réunions à laquelle j'ai assisté et dont la direction risque fort de se souvenir longtemps, je vous plante un petit peu le décor...

Lola est entrée au lycée en septembre... En seconde professionnelle pour un Bac Pro rare qui n'est proposé que dans 2 établissements à 50 kilomètres à la ronde... 
L'un, public, à 1h15 de route en enchainant marche à pieds, bus, métro, tramway et encore marche à pieds tout cela matin et soir soit 2h30/jour...Cela pour aller dans un "lycée usine" à plus de 1200 étudiants dans un quartier peu fréquentable...
L'autre, privé (qui n'est pas forcément à mes yeux un gage de meilleurs qualité), donc payant :( mais situé à 7 minutes en voiture de la maison en heure creuse, 20 en heure pleines ou en bus, le tout dans un quartier résidentiel et au sein d'un groupe scolaire de 600 élèves...

Nous avons donc opté pour le privé pour sa sécurité et avons eu à la rentrée la désagréable surprise d'apprendre que les frais de cantine annoncés à 3,50€ le repas lors de l'inscription  et que je trouvais déjà trop chers étaient passés en deux mois à 4,75€!!! Soit près de 100€ de frais de cantine mensuels à rajouter aux frais de scolarité déjà élevés et aux frais de transport qui ne sont plus pris en charge par le département depuis la crise... :(
Eh ! Une toute nouvelle cantine, ça coûte cher à rentabiliser !!!
Et si dans le public le coût du repas était indexé sur les revenus des parents... j'ai découvert que ce n'était pas le cas dans le privé !

Malheureusement les bus ne desservent pas l'école aux horaires du midi et avec la réforme des rythmes scolaires nous ne pouvons pas aller la reconduire à temps car nous n'avons pas encore percé les secrets du don d'ubiquité.... Du coup pas moyen d'y échapper !

J'ai donc essayé de rencontrer le directeur adjoint qui m'avait affirmé lors de l'inscription qu'il y aurait moyen de s'arranger si les frais étaient trop onéreux et curieusement, là que tout est signé, y'a pas eu moyen de le rencontrer ni même de fixer un rendez-vous alors que je me suis tout de même déplacée 3 fois ! 
La comptable m'a affirmé que rien n'était possible, qu'il n'existait pas de fond de pension d'entre-aide...ni d'assistante sociale et qu'elle ne peut pas faire de facilité de paiement puisque tout est déjà mensualisé... Bref rien  à faire ! J'attendais depuis 4 jours que le directeur me rappelle suite au message laissé... en vain ! 
Du coup je suis arrivée à l'assemblée générale déjà bien déterminée et quand le directeur a osé demander à l'assemblée de plus de 200 parents et 60 professeurs si il y avait des questions  au sujet de sa si belle cantine et des merveilleux repas que les élèves y prenaient il ne s'attendait certainement pas à la mienne...

Le brouhaha général s'est soudain réduit au silence lorsque j'ai lancé bien haut bien fort :

- Oui moi j'ai une question ! Compte tenu du prix des repas qui est très élevés j'aimerais savoir quelles garanties offrez-vous sur la qualité des repas servis à nos enfants ? Y a t-il des aliments Bio ? Frais au minimum? Issus d'une agriculture locale ? Parce que concrètement mon beau-frère est chef cuisto dans un collège et propose chaque jour à ses étudiants des repas qui répondent à tous ces critères et ce pour moins de 4 euros alors je voudrais savoir pourquoi je paye ???



Une maman a bien essayé de s'interposer et de calmer les tensions en clamant qu'elle a connu des repas de cantine à 8 euros alors que finalement près de 5, ce n'était pas tant que ça...
Elle non plus de devait pas s'attendre à ce que je lui rétorque devant tous que si cela ne la choquait pas de payer si cher pour de la nourriture industrielle, cela la regardait, mais que moi, pour 5 euros par repas, je refuse que le menu de la semaine soit comme celui de la semaine dernière : spaghettis bolognaise, purée en sachet/boulettes de viande, semoule/merguez, pâtes/cordons bleu  et steak/frites !!! Soit des repas qui n'excèdent pas 1 euros par enfant en coût d'aliments.

Le directeur a bien tenté de se dédouaner en disant que la gestion des repas étaient confiés à une société dont c'était le métier, que la composition des menus était effectuée par une diététicienne (Pinaise ! je ne sais pas où elle a eu son diplôme celle-ci!!!)...patati patata puis a très vite changé de sujet en prenant bien soin de ne pas répondre à mes questions, de m'ignorer et de très vite clore la réunion en répartissant les parents dans les différentes classes...

A la sortie de la réunion deux heures plus tard, lorsque je suis retournée le voir, dès qu'il m'a vue entrer dans la salle où il devait rester une cinquantaine de personnes au verre de l'amitié, il m'a gentiment  mais fermement poussée dehors pour discuter au calme dans la cour (comprenez : au moins dehors, personne n'entendra !) et le débat fut plutôt houleux...

L'établissement refuse de fournir (comme il y avait les années précédentes) un local ou une pièce où les élèves pourraient manger leur "gamelle" ou sandwich le midi, c'est cantine ou rien, à ce prix ou rien...
Ben voyons ! Comme ça on n'a pas le choix !!! 
C'est quoi ? Les lobby de la restauration collective qui passent des arrangements genre "tu fermes le local, nous ça nous fait plus de repas et on partage les bénef'"???

Alors oui je suis fâchée !!! Très fâchée et ce monsieur l'a bien entendu, directeur ou pas!!!
Cela fait 15 ans que je me saigne et je me prive pour offrir le meilleurs à mes enfants... je me fais chier a leur cuisiner du frais et du bio tous les jours à tous les repas pour leur santé et leur équilibre ! Ca me coûte un bras mais bien moins cher que là... 
Je mijote des repas à moins de 10 euros par repas pour 6 avec les restes prévus pour nourrir 2 yorkmouths et là on me demande de payer 5 euros pour que des incompétents de la cuisine qui se prétendent cuisinier sous prétexte qu'ils rajoutent de l'eau et du lait à la purée en sachet viennent servir de la merde pleine de laitages, de gluten, de conservateurs, de glutamate, de graisses hydrogénées et j'en passe à ma fille !!!! 
Des années que je me bats pour qu'elle consomme des fruits et des légumes frais à tous les repas et là après des steaks/frites on lui sert un beignet industriel au chocolat !!! ARGLLLL !!!
Filer la moitié de mon budget repas pour qu'on empoisonne ma fille, ça ne passe pas et ils l'ont bien senti hier soir !

J'ai déploré que dans un établissement privé catholique de surcroît on laisse les enfants qui n'avaient pas les moyens de payer le repas manger dans la rue et qu'on leur refuse l'hospitalité d'un local chaud au moins les mois d'hiver et les jours de pluie, ni même de les autoriser à manger dans la cour de récréation...
Mais en vain...
Du coup, je la retire de la demi-pension et elle ira manger dans le square voisin avec les autres étudiants réfractaires au self... Cela me permettra de préserver son équilibre alimentaire à moindre coût et elle, est ravie de ne plus manger là-bas !!! A la fin de l'année c'est 1000 euros qu'ils n'auront pas pour financer la malbouffe en collectivité  mais cela me rend dingue de la savoir manger dehors, dans la rue, mais je ne peux pas la laisser dans ces conditions non plus !
je suis tout bonnement furieuse et je n'ai d'autre choix que d'apprendre a vivre avec ma colère car je n'ai aucun pouvoir là-dessus !!!


Mais euh... Je ne baisserai pas les bras : A titre indicatif, pourriez-vous me donner en com' le prix des repas de collectivité que vous avez dans votre entourage, que ce soit cantine d'entreprise ou d'école (en précisant si c'est école si il s'agit de privé ou de public) car le directeur m'a certifié qu'il était parmi les moins chers mais je n'avais pas d'éléments de comparaison dans un établissement privé  car toutes mes copines ont mis leurs enfants dans le public et ne paient jamais plus de 3,50€ grand maximum (subventions pour le public parait-il). D'avance merci du temps que vous prendrez pour me laisser ces quelques lignes.

mercredi 17 septembre 2014

Publicité fallacieuse d'état...

Un petit coup de gueule afin de rétablir quelques vérités pendant que le ministère de l'éducation fait tout ce qu'il peut pour nous rouler dans la farine !
Depuis la rentrée des classes, un spot publicitaire de l'éducation nationale tournait en boucle ou presque sur toutes les plus grandes radios de la bande FM. 
Le message ?
Je ne l'ai pas au mot pour mot parce qu'à chaque fois que je l'entend je peste, gronde, tempête, grogne et finit soit par crier, soit par zapper tant je m'indigne de cette communication trompeuse !


Mais en gros une voix très rassurante nous explique que les nouveaux rythmes scolaires, c'est bon pour les enfants parce que "5 demi journées d'enseignements c'est mieux pour apprendre" !!!

Je vous avoue que la première fois que je  l'ai entendu je n'étais pas fâchée du tout...
Je m'en suis même voulue de ne pas m'être suffisamment impliquée dans les méandres de cette réforme et du coup de ne pas être suffisamment informée sur le sujet...
L'espace d'une heure, ma grogne a laissé place à l'espoir de voir mes enfants scolarisés sur le même rythme que les petits allemands qui n'ont des courts théoriques que le matin et qui consacrent leurs après-midi aux enseignement plus créatifs et artistiques tels que les arts plastiques, la musique, le sport...

Et dire que j'étais tellement en colère de devoir me presser chaque jour tous les midis, de devoir me lever les mercredis matin et de renoncer à mes après-midi de travail pour courir récupérer mon petit gnôme à 15h15, que je m'étais tellement enfermée dans ma grogne, que je n'avais pas été réceptive au fond du message et que j'avais zappé une telle information ! 
Merde alors! Grosse remise en cause!!! C'est bien beau de s'indigner ou de se révolter mais il ne faut pas en arriver à se couper de la réalité...

Une heure plus tard, je suis allée voir la maîtresse de Nahélé pour lui demander encore naïvement de communiquer d'avantage sur le sujet et d'expliquer à tous les parents en colère que les enfants ne travaillaient plus de la même manière et que cela en apaiserait sans doute un grand nombre.

Elle m'a regardé comme une poule qui avait trouvé une fourchette, la bouche ouverte ne sachant que me répondre avant de bredouiller qu'elle ne savait pas de quoi je parlais... 
Que l'après midi il y avait l'anglais, l'histoire géo, les sciences... 
Que les écoles ne choisissaient pas les disponibilités des salles de sport, ainsi une matinée par semaine ils étaient en salle de sport donc qu'il fallait bien recaser les maths, le français et la lecture du matin... 
Qu'ils travaillaient matin et après-midi et qu'elle ne comprenait pas d'où me venait mon incompréhension... 
Que bien sûr, elle  était obligée de travailler différemment l'après-midi avec des enfants en pleine sieste digestive mais qu'en aucun cas les après midi étaient consacrées aux arts plastiques, musique, sport & Cie...
Bref ! Rien à voir avec la jolie pub diffusée à la radio !

Passée la première minute de stupéfaction, ma colère a redoublé !!! J'étais furax !!!
Mais encore dans l'incompréhension du pourquoi de ces messages que tout le monde finira par comprendre le caractère trompeur...
Je ne l'ai bien compris qu'à 13h en reconduisant mon petit bonhomme à l'école et en croisant dans la rue un couple de personnes âgées  qui s'étonnèrent de nous trouver là...

- Bah ? Où courrez vous comme ça ?
- A lécole... :(
- Pourquoi cela ?
- Et bien parce qu'il y a école...

La vieille je me serais gentiment dit que les vieux ne sont pas plus longs à comprendre, mais qu'il faut juste leur expliquer longtemps ! ;)
Là, je fus prise d'un doute et devant leur surprise je leur ai demandé d'où venais leur étonnement puisque les enfants avaient toujours eu cours l'après-midi... Et Bingo ! Ils m'ont expliqué que la radio disait qu'il n'y avait école que le matin, qu'ils pensaient que cette réforme était formidable, d'ailleurs ils en avaient parlé avec leurs voisins qui pensaient la même chose...

C'était ça ! Mais bien sûr !!!
Tous ceux qui n'ont pas d'enfants en bas âges et qui ne sont pas concernés directement pensent que c'est formidable !!! Et mine de rien, y'a bien plus de personnes âgées que de parents de maternelles ou d'écoles primaires dans l'électorat !

Je l'ai ai donc invité à non plus écouter, mais à décrypter le message du spot radio...
Il n'est jamais dit qu'ils n'y allaient plus les après-midi, juste qu'ils allaient y aller 5 fois le matin ... Nuance !!!

... Fâcheuse Nuance!!! 

Voilà, C'est Dit !!! Le message est rectifié... A vous de faire circuler et de ré-expliquer autour de vous maintenant...

lundi 15 septembre 2014

Sandalettes et chaussettes... Wé! Et alors ???

Hier midi en rentrant de l'école, mon petit homme avait très mal aux pieds à cause de ses nouvelles chaussures de cuir encore un peu trop rigides...
Durant le kilomètre qui nous séparait de la maison, alors que la douleur lui semblait insupportable et qu'il ne voulait plus avancer, je l'ai incité à parler à son corps pour mieux gérer la douleur... (Récit de mon premier dialogue intérieur ici pour ceux qui auraient raté ça! Depuis on cause beaucoup mon corps et moi, et nous apprenons aux enfants à faire la même chose ;)

Il me demande alors le silence pour se concentrer et au bout d'une ou deux minutes il me dit que cela va déjà mieux en reprenant une allure de pas plus raisonnable...

Mon étonnement de la rapidité de l'amélioration a dû se lire sur mon visage car il a m'a expliqué très sûr de lui :

- Bon j'ai fait comme tu m'as dit :  dans ma tête j'ai dit à mon pied que ce serait le meilleur des pieds si il me ramenait jusqu'à la maison sans me faire trop mal et que moi en échange, une fois à la maison je prendrai soin de lui et lui ferai un massage... Je crois qu'il est d'accord!!!

J'avoue que j'étais bluffée !!!
Puis il a marché quasi normalement, sans se plaindre jusqu'à la maison...

Une fois rentré, cela m'étais complètement sorti de la tête et alors que j'allais grogner de la disparition subite de mon petit homme pile poil au moment de mettre la table, je l'ai retrouvé dans la salle de bain en train de masser son pieds en le félicitant !

-Ben quoi? Je tiens ma promesse à mon pied! 
-Euh...Oui! Oui!... je vais mettre la table du coup... (Ma gueule par terre comme on dit !)

La pause repas s'écoule donc et au moment de repartir à l'école, nous sortons de la maison et là : L'horreur !!!
The faute de goût ultime!!!
Mon petit bonhomme, tout beau et sapé plutôt chicos avec son pull gris assortit à son plus beau pantalon porte à ses pieds ses sandalettes de piscine avec des chaussettes rouges en dessous !!!
AARGLLLL !!!
Horrifiée je grogne de constater qu'il n'a pas enfilé sa paire de basket et le somme d'aller les mettre sans trainer pour ne pas être en retard!


Et là... J'ai vu sur son visage une infinie tristesse et une déception qu'avec mon regard de maman et d'adulte je trouvais complètement démesurée, voire carrément injustifiée !
Ben quoi ? Y'a quand même pire que de devoir enfiler des belles chaussures pour être bien habillé pour aller à l'école non ???

Et bien pour lui, ce midi, il n'y avait rien de pire !!!

Et là je me suis dit :
- Et au nom de quoi tu ferais de la peine à ce point à ton petit poussin, juste pour que toi,  tu  considères qu'il soit bien habillé ?  De quel droit finalement ?
Parce qu'on t'a appris qu'on ne mettait pas de sandalettes en plastiques avec des chaussettes quand on est en chemise pantalon tout comme on ne met pas de baskets en costard cravate?
Parce que les dictats de la mode ont décidé que "ce serait une faute de goût"???
C'est vrai quoi !!! Si cela le rend heureux de porter ses sandalettes avec ses chaussettes pour aller à l'école, pourquoi le priver de ce plaisir ? Pour le regard des autres???
Mais tu les emmerdes les autres si ça rend ton fils heureux !!!
Il pourrait bien se promener avec une casserole sur la tête que tu t'en ficherais... Alors pourquoi pas ses sandalettes de piscine et ses chaussettes???
Pis il aura tout le temps en grandissant de rentrer dans le moule et de plier sous le poids du regard des autres et de leurs obligations alors quoi ? Il ne fait pas froid, il ne pleut pas...Concrètement la seule contre-indication réelle c'est toi et tes foutus principes ! On les emmerdes ces principes si ça rend ton fils heureux non ???

Là dessus, interrompant ma réflexion immobile sur le trottoir, il m'explique son choix très fier de lui :
- Je me suis dit que tu ne voudrais pas pour les sandalettes parce qu'il ne fait plus assez chaud alors j'ai mis des chaussettes pour ne pas prendre froid, et puis comme j'ai promis à mes pieds de prendre soin d'eux, là dedans ils n'ont pas mal !!!

-Oui! Tu as bien fait mon poussin !!! Allons-y sans quoi nous serons en retard!!!

Son visage s'est illuminé et il est parti en dansant !!! A cet instant, il était vraiment heureux... Au moins autant que moi !!!

Bon sur le chemin de l'école, nous avons croisés quelques passants qui le regardaient répondant à son "bonjour"à la fiérté et à la joie communicative; puis dont le regard était soudain attiré par les sandalettes de plastique bleues turquoise et les chaussettes rouges qui en dépassaient...
Je lisais la perplexité sur leur visage et cela me faisait sourire intérieurement !
J'étais fière !!! Fière de lui, fière de moi aussi ... De ma réflexion, de mon choix...

Oui je sais, c'est con ! Mais j'étais comme libérée de quelque chose...
D'un moule dans lequel je m'étais laissée enfermée sans même m'en rendre compte.
Pour moi qui prétend pourtant me moquer du regard des autres...et c'est d'ailleurs le cas dans 99% des situations... Et bien faire sauter les 1% restant, ça fait un bien fou !!!
Et ce 1% qui saute, c'est dingue à quel point il change le monde !
Un peu comme un bateau qui a 99% d'eau autour de lui et 1% de chaîne... Enlevez lui la chaîne et ça fera toute la différence !

Aujourd'hui, enfin non hier, j'ai pris une leçon de vie par mon petit homme de 7 ans !
Une sacré leçon de bonheur !!!
Un bonheur qui me souffle de sans cesse veiller à ce que mon enfant intérieur ne s'endorme pas... Et le cas contraire de le réveiller comme hier !!!

Soulager et guérir une otite naturellement (sans antibiotiques bien sûr!)

Cet été nous sommes partis en vacances à la montagne, des vacances très attendues, que rien ne semblait pouvoir gâcher, pas même une météo capricieuse !
Le soir de nôtre arrivée, mon petit mari a commencé à ressentir une petite douleur dans l'oreille...
Comme chaque fois que cela se produit, il a mis un coton à l'intérieur pour soulager un peu et s'est couché serein pensant que lendemain il serait tranquille (comme d'habitude lorsque l'on prend la douleur à sa naissance).

A deux heures du matin il pleurait quasiment de douleur dans le lit.  Il fut réveillé par une douleur aigüe au fond de l'oreille, douleur qui a 3 heures du matin irradiait jusque dans la mâchoire le rendant hyper agressif... Je ne l'avais jamais vu ainsi !
Incapable de s'allonger le diagnostique était assez simple : une otite ! Mais quelle otite !!! 
Comment pouvait-on passer de tout va bien à je me tord de douleur comme jamais 6 heures plus tard?

A trois heures du matin, au fin fond de la vallée, j'étais quasiment sur le point d'appeler les pompiers tant je ne l'avais jamais vu souffrir de la sorte... Lui en plus de ne plus savoir quelle position adopter pour tenter de se soulager déprimait déjà à l'idée de la salve d'antibiotiques que le médecin allait lui prescrire le lendemain matin à la première heure...

Parce que concrètement, jamais nous n'étions ressortis d'un cabinet médical sans antibios pour soigner une otite ! "Indispensable" nous avaient toujours dit les généralistes quels qu'ils soient... Et nous en avons vu, pour Nahélé, lorsque son nerfs gastro oesophagien était coincé, c'était tous les 15 jours sans faute ! 
Il projetait déjà sa flore intestinale détruite, les perturbations qui s'en découlent la galère pendant des semaines après des mois et des mois d'efforts pour la reconstruire... Moral dans les chaussettes quoi !

Moi, je ne me suis pas résignée ! Ce n'était pas possible... Pas une dégradation pareille en 6 heures sans raison ! La cause devait être mécanique et pas infectieuse ! Mais quel mécanisme ???
Tant qu'à ne pas pouvoir dormir, autant effectuer des recherches sur internet !
Je me suis plongée sur les sites ORL et les divers forums en ligne pour comprendre le mécanisme des otites , pressée par la souffrance de mon homme.

J'ai découvert que parmi les remèdes de Grand-mère le linge très chaud sur l'oreille soulageait un peu la douleur, j'ai donc trempé le torchon de la cuisine à l'eau de la bouilloire (bon sans l'ébouillanter non plus hein ! ) pour essayer de faire baisser l'intensité de la douleur en vain.

Me Suis replongée sur internet pour enfin comprendre que mon homme souffrait d'une otite barotraumatique liée à la montée en altitude (le village était à 1000 mètre, pour nous pauvres ch'timis du plat pays... c'était plus que ses oreilles ne purent supporter cette fois-ci car curieusement cela fait 15 ans que nous partons à la montagne chaque année, et c'était là une première (qu'il faudra étudier d'ailleurs... qu'est ce qui a changé ?)
Bon bref, savoir que j'avais un mari barotraumatisé ne le soulageait guère alors j'ai filé en cuisine lui préparer le remède de grand-mère qui remportait le plus de commentaires positifs! 
A 3 heures du matin, au milieu de nulle part,  nous n'avions pas grand choses à perdre et après plus de 12 heures de route et deux nuits aussi courtes qu'agitées à l'hôtel je n'aspirais qu'à une chose : DORMIR !!!

Suis donc allée lui éplucher un oignon, que j'ai émincé et que j'ai mis à chauffer dans une poêle sans matière grasse, jusqu'à ce que le gaz lacrymogène commence à se dégager... (cela prend deux ou trois minutes)
Juste avant d'avoir les yeux explosés, on transvase les oignons chauds (mais pas trop) dans un torchon fin que l'on vient poser sur toute l'oreille douloureuse pour 1/2 heure! (wep c'est long quand même!)





Vous auriez vu la tronche de Christophe quand je lui ai ramené les oignons...lol 
Comme il grognait fort à cause de mes élucubrations, de sa difficulté à me supporter moi et mes délires dans ces moments là etc... Je lui ai jeté une pincée de sel à la figure pour que les oignons soient parfaits ! Il était Furax... Moi j'étais morte de rire ! lol

N'empêche ! Il grognait fort mais n'a plus grogné longtemps ! Le soulagement fut tel qu'il s'est endormi comme un bébé et que le lendemain matin c'est lui qui me réclamait son oignon chaud !!!


Trois jours à "le cuisiner aux petits oignons" matin midi et soir et l'otite avait disparue...
Sans le moindre antibiotique... Enfin les oignons sont considérés comme des antibiotiques naturels, mais ne font pas les mêmes ravages que ceux délivrés par les pharmaciens! Accessoirement, ils coûtent bien moins cher et puis en les posant sur l'oreille, le lendemain on n'a même pas une haleine de chacal ! lol


Pour le coup, j'étais déjà persuadée avant ce test qu'il fallait toujours avoir des oignons dans sa cuisine pour différents maux... Cette fois je deviens vraiment une inconditionnelle !!!

N'hésitez pas à revenir partager votre expérience en com' après avoir testé cette petite recette pour les lecteurs suivants !

Belle journée à vous, dans l'espoir que vous n'ayiez pas à la tester trop vite et que juste vous la gardiez dans un coin de votre tête pour le jour où...


samedi 13 septembre 2014

6 Minutes de Pur Bonheur... Pour vous !

La vidéo que je publie aujourd'hui, ceux qui me suivent déjà sur Facebook ont dû la découvrir avant-hier soir lorsque je l'ai partagée sur ma page...

Si je la publie aujourd'hui, c'est parce que je me dis que ce n'est pas possible que certaines personnes qui ne soient pas présents sur les réseaux sociaux en soient privés!
Pour ceux qui l'ont déjà visionnée, je vous invite juste à la regarder une fois encore...Aujourdh'ui c'est moi qui vous la dédie!

Parce que cette vidéo est faite pour être partagée encore et encore, envoyée à vos proches, à votre famille...
Parce qu'il n'y a pas de plus beau message...
Parce que Solange a su trouver des mots si justes qu'ils en deviennent beaux...
Parce que sa douceur, sa sensibilité nous basculent du rire aux larmes et nous touchent en plein coeur...

Je ne connaissais pas cette femme, dès les premières secondes de la vidéo elle m'a surprise et très vite elle m'a littéralement emportée avec elle...
Solange dans cette vidéo est tout simplement... MAGIQUE !

Et la magie, et tout ce bonheur , c'est avec vous que j'ai envie de le partager aujourd'hui !




vendredi 12 septembre 2014

Ce site qui a changé ma vie...

Aujourd'hui je voulais partager avec vous mon regard sur un site internet qui a complètement changé ma vie...
Il faut dire que pour moi, internet s'est très longtemps borné à la page de recherches google, ebay, le boncoin et mon blog!

Sauf que depuis quelques années ma vie à complètement changé grâce à un site de rencontre, de partage et d'information fabuleux !

Concrètement, cela fait également quelques années que nous avons réalisé que l'Information, la vraie, avec un "I" majuscule ne serait jamais diffusé au JT de TF1 et autres grandes chaînes, ni même de BFM d'ailleurs...
Je vous épargne ma tirade sur l'asservissement des merdias qui ne sert qu'à nous maintenir dans un état de désinformation et d'ignorance le tout baigné dans un climat de peur...
Cela ne date pas d'hier, Adolph Huxley l'avait déjà remarqué en 1932...


(Vous pouvez cliquer une fois sur la photo pour l'agrandir)

Moi quand je veux de l'information de France ou du monde, je veux le regard d'hommes et de femmes comme vous et moi, pas celui d'hommes si riches et si puissant qu'ils en perdent la tête et pire que cela leur humanité.
Je m'indigne de toutes ces manipulations destinées à nous dire que penser et quand le penser qui soutenir ou pas...
Je m'indigne de l'indifférence du peuple face à ces stratagèmes qui sont à mes yeux si grossiers !!!

Moi quand je veux de l'information...
Je veux des nouvelles de Fukushima où la situation est aujourd'hui encore critique alors que Jean Pierre Pernaud et ses acolytes nous laissent penser que c'est du passé et que tout est sous contrôle...
Je veux l'information du monde entier, de la Palestine au Tibet, en passant par le Niger et les Vénézuela...
Je veux des nouvelles de grands Hommes comme Pierre Rabhi, Albert Jacquard ou Marie Monique Robin , des interviews d'économistes tels qu'Etienne Chouard...
Je veux des reportages sur des sujets d'environnement, sur des hommes et des femmes qui mènent une vie différente dans le respect des valeurs humaines...
Je veux apprendre plein de choses utiles, découvrir des astuces pour me faciliter la vie, le quotidien, la santé...
Je veux que les informations m'amènent sur des nouveaux terrains de réflexion...
Mais surtout, surtout je ne veux pas que des mauvaises nouvelles, je veux sourire, je veux rire, je veux m'émerveiller devant mes informations !!!

Vous comprenez mieux pourquoi je ne trouve plus mon bonheur depuis très longtemps à la télévision ? Certains penseront que je suis trop exigeante... Libre à eux, moi je pense qu'ils ne le sont pas assez.

Et dans un monde idéal, j'aurais fait en sorte de pouvoir partager toutes ces informations pour que tous mes proches puissent y avoir accès, pour qu'ils puissent apprendre, sourire et s'émerveiller avec moi, pour qu'eux aussi puissent partager les informations qui les touchent, les bouleverse, les enrichit et que je n'avais pas encore découvertes...

Dans ce monde idéal, tous mes proches et tous ceux qui partagent les mêmes besoins que moi pourraient communiquer et apprendre à se connaître alors que le monde réel les a séparé par des centaines de kilomètres quand ce n'est pas des milliers... Et nous formerons une sorte de "famille", de "communauté"...
Et ce site idéal, je l'ai trouvé...
Et pourtant Dieu sait que j'y étais réfractaire !!! Que j'ai pesté et que je me suis moquée...
Mais je pestais et me moquais de l'utilisation de 98% des personnes qui y sont inscrites, je n'avais pas réalisé le trésor qu'il représentait pour les 2% restant!!!
Et oui, ce site incroyable qui a changé ma vie c'est Facebook !!!

Bon dessus y'a aussi ceux qui jouent à candy crush et qui vous pourrissent avec les invitations à Farm ville et Bubble witch saga ... (Ceux-là sont systématiquement rayés de ma liste de contacts) Clairement je trouve consternant de passer des heures et des heures à jouer pour élever des vaches et des poules virtuelles alors qu'il y a tant de choses à apprendre, à découvrir, à comprendre dans le monde réel !!!!
Il y a aussi ceux qui publient leurs états d'âmes quotidiens et exhibent fièrement leur collection de selfies... De même, très peu pour moi !
Mais heureusement il y a tous les autres... Les 2% qui me sont si chers et que je vous invite à rejoindre si vous avez le même regard que moi ou juste si vous en voulez "plusss" que ce blog !
J'y partage deux ou trois fois par jour, les informations, vidéos, photos qui m'interpellent... J'y raconte aussi parfois quelques anecdotes  qui sont trop courtes pour faire l'objet d'un post...

Bien sûr il y a ceux qui disent que le logiciel est surveillé, piraté, espionné, par les services secrets, google, la NSA, interpol, scotland Yard ou que sais-je encore...
Et il doit y avoir du vrai. Maintenant avec les pièces d'identité, la sécurité sociale, nos dossiers scolaires, professionnels etc... ils en savent déjà assez ! Et je ne parle même pas des logiciels espions de vos ordinateurs, téléphones etc...
Donc Franchement... Nous ne sommes plus à cela près, et tant qu'à avoir les nuisances, autant utiliser pleinement les avantages !!! (Maintenant je ne vous dis pas non plus de publier votre actu au quotidien avec toutes les photos de la famille, les enfants nus dans la baignoire etc etc...) Juste un profil neutre , sans renseigner vos noms, adresse et autres renseignements trop privés... Et GO !!!

Alors vous venez ??? (Chantal tu viens ??? ;)
Vous me trouverez en cherchant Wonder Fofie dans la barre de recherche !
J'espère que cet article me permettra de partager, et d'échanger avec des lecteurs anonymes jusqu'ici mais qui partagent les mêmes valeurs et le même regard général sur le monde que moi, que nous (tous ceux qui font déjà partie de ma communauté)
Pis en bonus vous vous abonnerez peut-être à la page du blog qui vous permettra de ne rater aucune publication...

Allez je file bosser dans la vie bien réelle en attendant de vous retrouver virtuellement ! ;)
Très belle journée à tous...

jeudi 11 septembre 2014

Autre regard sur les maladies... (Attention ça réchéflit dare-dare!)

Aujourd'hui jeudi 11 septembre , je vous épargnerai un texte sur la tragédie américaine, les manipulation des merdias ou les manœuvres géopolitiques internationales car je pense que vous prendrez suffisamment cher en allumant la télé ou la radio... Donc très peu pour moi ! ;)
Ce matin j'ai envie de partager avec vous tout autre chose, à savoir une réflexion que je mène sur les maladies et qui se confirme de semaine en semaines et même de mois en mois...
Je n'ai pas encore toutes les réponses, mais il y a déjà largement de quoi réfléchir !

Ma réflexion a débuté il y a quelques mois avec une phrase de Thierry Casasnovas dans l'une de ses vidéos qui m'a interpellé... 
Je ne m'en souviens plus au mot près mais il expliquait qu'il n' avait pas de "loterie de la maladie"... Tout est une question de terrain ! 
J'étais parfaitement d'accord avec lui pour des maladies "graves" genre cancer, fibromyalgie etc... Mais je n'aurais jamais pensé appliquer cette règle aux rhumes, bronchites, angines et autres mots de l'hiver...  Et pourtant !!!

Ma première objection était : 
- Ben... et les virus alors ??? On l'attrape "en passant dans un endroit contaminé"... Y'a bien une loterie là dedans... T'étais au mauvais endroit au mauvais moment et Bim! T'as attrapé le virus...
Et bien NON !!!


L'explication de Thierry était la suivante : En gros des virus, y'en a un peu partout... C'est sûr en période épidémique y'en a plus que d'autres... Mais alors pourquoi certaines personnes exposées attraperont la bronchite ou la grippe alors que d'autres non???
C'est là que la notion de terrain entre en jeu...
Mais avant je dois renverser votre notion de la maladie et des symptômes...

Aujourd'hui vous vous dites (pour la grande majorité des personnes) : 
"J'ai une bronchite, mes symtpômes sont une inflammation des poumons, une toux grasse peut être de la fièvre, jen'ai plus d'appétit, j'ai soif.... Bref je suis malade !!!"

Alors je vous demande maintenant de faire l'effort de penser autrement quelques instants et de penser:
"Ma bronchite est le symptôme que mes poumons sont en difficultés... Ils sont tellement encrassés par une lymphe chargée des déchets qui ne parvient plus à se mobiliser pour effectuer son nettoyage qu'un virus qui passait par là à vu en ces poumons malades le lieu idéal pour pouvoir proliférer et vivre sa petite vie de microbe... 
Si mes poumons avaient été en bonne santé, jamais microbe n'aurait pu y couler des jours tranquilles et s'y reproduire... 
Et comme la nature est merveilleusement faite, mon corps va utiliser ces microbes pour revenir à un état de pleine santé et se remettre à fonctionner...
Il va alors mettre en place une toux bien grasse pour expectorer ces mucosités chargées de déchets, il va provoquer de la fièvre pour tuer les microbes qui ne résistent pas au chaud (et faire baisser la fièvre revient à prolonger la durée de vie des microbes), il va vous couper l'appétit pour que toutes l'énergie dont il dispose soit mobilisée pour soigner et guérir les poumons et non pas à digérer et devoir gérer des nouveaux déchets, il vous donnera soif pour fluidifier les muceuses et pour que les toxines qu'il parvient à libérer soient emportées par les urines... 
Bref j'étais malade et mon corps est en train de me guérir !!!"

Vous saisissez la nuance ?
Une nuance qui permet d'accueillir la maladie comme un événement positif et non comme une fatalité! 
Une nuance qui permet de mieux comprendre le fonctionnement de cette merveilleuse petite machine de précision qu'est notre corps et qui n'a de cesse de vouloir se maintenir en bonne santé malgré toutes les cochonstés que nous ingérons chaque jour !




Alors forcément avec ce nouveau regard sur la maladie je me suis mise à décortiquer un peu tout  mon historique médical  ainsi que celui de mes proches dont je me souvienne...
Effectivement, après avoir stoppé les produits laitiers suite à mon intolérance au lactose, j'ai passé le premier hiver de toute ma vie sans bronchite... 
Enfin je devrais plutôt écrire "sans mes 3 ou 4 bronchites hivernales", bronchites qui avaient la fâcheuse tendance à virer en pneumopathie et autre complication dont j'étais devenue spécialiste ! L'année dernière : Rien ! Que dalle !!! Nada !!! Je n'en revenais pas moi-même... 
Et pourtant, les enfants sont tombés malades car ils consommaient encore pas mal de produits laitiers, réputés pour encrasser de lymphe les voix ORL!

J'ai repensé aux filles nourries au biberon (de lait en poudre de vache) qui collectionnaient les bronchiolites et à Nahélé, nourri au sein qui n'en a jamais fait une seule...
Bref, le but de cet article n'étant pas de dénoncer les dangers du lait de vache ni de venter les vertus du lait maternel, ça c'est déjà fait et re-fait dans plein d'articles...
Revenons à notre réflexion que j'aimerais pousser encore plus loin si vous le permettez... 

Thierry explique également qu"il n'existe pas d'allergies alimentaires aux aliments physiologiques"...
Comprenez :  le corps ne peut pas être allergique à ce qui doit le nourrir...
Une fois encore j'avais mes objections la première étant : 
- Ah wé ? Ben mon mari il fait une crise d'asthme quand il mange des bananes et des poires!!! Alors??? Il est bien allergique !!! (Si j'avais eu Thierry en face j'aurais rajouter un "Et Toc!" lol)
Sauf que non !!! (Il m'agace dès fois avec ses explications si simples et tellement implacables  que je m'en veux toujours de n'avoir jamais regardé les choses sous cet angle, tellement endoctrinés que nous sommes à suivre un mode de pensée unique!) 
Heureusement il n'est jamais trop tard pour bien faire, en l'occurrence pour mieux penser...
Alors hop ! Même exercice que tout à l'heure...

Ne pensez plus :
" Je mange une poire, je mange une banane, je fais une crise d'asthme, donc je suis allergique aux poires et aux bananes!"

Pensez plutôt :
"Lorsque je mange une poire ou une banane, mon corps a une réaction violente au niveau pulmonaire... Il cherche à nettoyer mes poumons non pas parce que je suis allergique mais parce que la nature est tellement bien faite qu'elle a conçu des aliments (des fruits et des légumes physiologiques) destinés à soigner telle ou telle partie de notre corps... Un savoir que nos anciens avaient mais que les industries pharmaceutiques et les lobby médicaux ont tout intérêt à nous faire oublier... 
Ainsi nos ancêtres auraient su nous dire que les poires et les bananes sont deux fruits qui ont une forte action sur les poumons (entre autres) et ce que je prends pour une allergie est simplement la preuve que j'ai ingéré une quantité d'aliment supérieure à ce que mon organisme pouvait tolérer , car la réaction de nettoyage qui s'en suit est supérieure à celle que mon organisme peut tolérer sans nuisance"

Alors j'ai pris mon petit mari pour cobaye et je lui ai servi un petit morceau de banane...

Forcément il n'était pas très emballé... 
Lui ai expliqué ma nouvelle théorie (bon celle de Thierry en Fait ! ;) et l'ai invité à lui prouver qu'il avait tort... (Lui aussi il l'agace un peu avec sa simplicité !lol)

Manqué!!! 
Le petit morceau de banane est passé... Puis deux puis trois... Puis des toutes petites bananes mais pas plus ! Mais c'est déjà énorme ! Et ce fut la même avec les poires ! (Certaines variétés de poire étant encore plus difficiles que d'autres, sans doute dû à un taux de je ne sais trop quoi qui doit faire le ménage un peu plus fort...)

Et ce n'est pas encore tout à fait tout...
Vous me suivez toujours ???
Alors on continue...

Il existe aussi une théorie qui dit que le corps fait tout ce qui est en son pouvoir , tout le temps pour revenir à l'état de pleine santé (l'homéostasie)...
Ainsi il nous réclame (lorsque nous prenons le temps de l'écouter) ce dont il a besoin pour revenir à cet état de pleine santé... Voilà pourquoi vous avez parfois des envies soudaines d'aliments plus que d'autres, d'épices particulières, de plantes etc...
Alors je vous arrête tout de suite, je ne parle ici que d'aliments physiologiques (que l'on trouve à l'état naturel et qui ne sont pas transformés par l'homme) ainsi , si comme mon petit mari vous pensez que votre organisme a besoin de Frites pour se maintenir en bonne santé vous faites fausse route !!! (Désolée! lol) 
Il en va de même pour le chocolat, les chamallows... (Néanmoins il faut entendre ces messages erronés et essayer de les comprendre... Sans doute votre corps cherche-t-il plus simplement du sucre rapide... A vous de comprendre pourquoi en menant d'autres réflexions.)
Mais revenons aux aliments physiologiques que le corps nous réclame...

En prêtant un peu attention à mes envies, j'ai découvert qu'alors que je débutais une sinusite j'avais des envies soudaines et violentes de pamplemousse et de citrons alors que cela faisait des mois que je n'en avais pas mangé (depuis le printemps et la fin de ma cure hivernale)... Je me suis écoutée sans savoir à l'époque que les agrumes fluidifiaient les sécrétions... Mon nez s'est mis à couler comme un gros rhume mais sans les autres inconvénients et tout est rentré dans l'ordre en deux jours  après 6 pamplemousses et 4 citrons ! 
Je n'en revenais pas moi-même... Je précise que j'ai fait pendant des années des sinusites chroniques avec suivi hospitalier et sous menace d'hospitalisation à plusieurs reprises pour infections des sinus carabinées alors les sinusites, je les sens bien arriver maintenant et là j'aurais juré en tenir une sacré !!!

Il me reste néanmoins une dernière notion à aborder avec vous avant de vous laisser digérer tout celà et "réchéflir" comme il se doit...


La notion de nettoyage du corps :
Ce nettoyage n'est possible que lorsque le corps n'est plus sous la contrainte de la gestion des déchets... 
Comme je l'évoquais un peu plus haut , lorsque vous êtes malades, le corps vous coupe l'appétit pour éviter que vous ne veniez "en rajouter une couche" en lui donnant à gérer des cochonstés acidifiantes genre gluten lactose, ou même des aliments aux compositions trop lourdes et donc fatigantes pour l'organisme pour digérer et éliminer les déchets liés à cette digestion tels que les viandes, les graisses etc...
Ainsi j'ai remarqué que lorsque l'on se sent tomber malade (ou qu'on l'est sérieusement), notre état s'améliore considérablement si on passe en cure unique de fruits et légumes à volonté (cru étant mieux, mais cuit étant déjà pas si mal)... 

Cela apporte à l'organisme tous les minéraux, toutes les vitamines dont il a besoin pour se soigner !

De cela j'en ai déduit une autre logique que j'ai testé (sur mon mari et sur moi):
Lorsque le corps entre en processus de détox suite à la prise d'un aliment en grande quantité (ex: cure de framboise = mal de gorge/angine ou cure d'agrumes = sinusite) 
Il faut différencier la "maladie" imposée par le corps qui n'en peut plus, que l'on subit à l'improvist'...
et la Détox' que l'on "programme" (ou subit un peu plus si on écoute ses besoins et envies, mais que l'on subirait bien pire si on  laissait le corps s'encrasser jusqu'à n'avoir plus d'autre choix que de déclarer une"maladie" avec fièvre & Cie...) . 

Cette détox arrive en conséquence d'une cure particulière comme les agrumes et les rhumes/sinusites. Il n'est pas question de microbre mais bien d'auto-nettoyage.
Et bien dans le cas de la détox, il ne faut pas perdre de vue que ce procédé est uniquement possible parce que le corps a suffisamment d'énergie à consacrer au nettoyage, parce qu'il n'est plus encombré par des cochonneries (tous les pamplemousses que vous mangerez, vous les mangerez à la place d'autres aliments, peut-être même à la place de cochonstés encrassantes)
Ainsi, si vous souhaitez freiner un peu un mécanisme de détox trop violent, c'est possible en ralentissant un peu la cure et si besoin, en cas extrême en  "encrassant un peu la machine " volontairement  en lui donnant à bosser (un peu hein! Pas trop non plus!) pour gérer des déchets rapportés par l'alimentation...
Ainsi pour freiner un peu ma détox pamplemousses, 3 petits biscuits au gluten on bien ralenti mes sécrétions nasales! 
Je ne sais pas si je suis très claire... Je fais de mon mieux, mais n'hésitez pas à me laisser un com' si vous avez besoin d'éclaircissements...

En tous cas, ce ne sont là que de petits exemples mais je suis certaine qu'en y réfléchissant bien vous trouverez rapidement  de quoi alimenter mes commentaires...
J'espère que cet article vous aura donner matière à réfléchir autrement sur votre santé, sur les incroyables possibilités de notre fabuleux organisme et sur toutes nos possibilités d'influer sur son état et de se ré-approprier ce corps que la médecine a tendance à vouloir récupérer...
Très belle journée à tous et prenez soin de vous !


mercredi 10 septembre 2014

Jus d'enfant...

Me revoilà en mode "charitable"... (cf dernières lignes de mon article d'hier)

Alors j'ai quelques astuces santé sous le coude à partager un de ces quatre mais le coeur n'y est pas aujourd'hui... Pas envie d'être sérieuse, pas envie de grogner... juste envie de papoter un peu pour partager des instants de vie du quotidien.

Vais donc vous raconter  une petite anecdote vécue pas plus tard qu'hier et qui ne va pas aider à ma sociabilisation dans le milieu des parents d'élèves...
Je vous avais déjà parlé il y a quelques années de mes difficultés d'intégration dans le monde des adultes...
Depuis les choses ont un petit peu évolué à la sortie de l'école... Nous sommes désormais 3 à sortir un petit peu du lot à la sortie de l'école. Et puisque les différences créent des liens, nous attendons donc nos enfants un petit peu à l'écart du peloton de "parents adultes et responsables" tandis que certains plus curieux ou plus consternés que d'autres jètent sur nous quelques regards peu sympathiques !
Chaque midi et chaque soir après-midi (merci la p***** de réforme), nos petits gnômes traversent donc la foule de parents pour nous rejoindre...
Des parents qui attendent leurs enfants avec quasiment tous un petit bonbon, une barre chocolatée, un biscuit, une briquette de lait aromatisé ou de jus de fruits... (Ah oui je ne vous ai pas dit : pour mieux écouter le rythme des enfants, et bien ils n'ont plus de récréation l'après-midi puisqu'ils sortent plus tôt - sauf qu'ils reprennent plus tôt aussi , mais ça... ça ne dérange pas ceux qui votent les lois!)
Du coup lorsque la cloche sonne,  les enfants se précipitent au moins autant sur leur goûter que sur leurs parents !

Hier, le hasard a fait que mon petit bonhomme est sorti le tout premier de l'école, alors qu'aucun enfant n'avait encore rejoint ses parents et que tous attendaient dans le calme la sortie de leur progéniture...
Et là, en traversant le flot de parents d'ordinaire en pleine effusion, il ne s'est pas rendu compte qu'il était inutile de crier pour se faire entendre et a néanmoins hurlé ce qui d'ordinaire serait passé incognito dans le brouhaha général:

- Ahhhhh... Ma petite maman d'amour ! Tu m'as ramené ma bouteille de jus de tomate bio ???

Fallait voir la tête des parents!!! J'étais morte de rire intérieurement...
Il y avait ceux dont la mâchoire inférieure a chuté soudainement laissant une bouche béante... Ceux qui ont les yeux qui leur sont quasiment sortis de la tête, il y en a également qui ont soudainement porté leur regard sur leur barre chocolaté ou leur sucrerie et l'ont rangé honteusement dans une poche ou dans leur sac et puis il y a ceux qui ne purent retenir un murmure réprobateur entre eux...

Je fais alors signe à mon petit frugivore que non je n'ai pas de jus de tomate...
Et c'est ce moment précis qu'il a choisit pour enfoncer le clou toujours en criant comme si tous les élèves étaient dehors...

- Rhooooooo.... Bon alors c'est que tu m'as ramené mon jus de concombre  hein dis ??? Allez dis oui, hein dis que tu l'as !!!

Le coup de grâce !!! lol


Mon petit doigt me souffle que dans l'assemblée il y a visiblement peu de personnes qui suivent les vidéos de Thierry ! lol

Il n'empêche...
Je voulais partager cette petite anecdote car elle prouve à mes yeux que les enfants s'adaptent tellement facilement à tellement de choses...

Il y a quelques mois, moi aussi je ramenais des sucreries à mon petit homme.
A l'époque si on m'avait dit  que quelques mois plus tard mon poussin m'aurait réclamé un jus de tomates ou de concombre en sortant de l'école, croyez moi que j'aurais pouffé de rire ! Et ce d'autant plus que personne n'a à ce jour réussit à lui faire manger plus que 3 petits dès de tomates ou de concombre par repas, et encore après d'âpres négociation et un odieux chantage au dessert dont je ne suis pas très fière !
Et puis pour essayer de lui faire manger des fruits et légumes crus, nous avons essayé les jus : les duos de fruits/légumes pour adoucir les saveurs... Au début une gorgée pour goûter, puis deux puis trois... Et aujourd'hui c'est lui qui les réclame, c'est dire le changement !!! 2 pommes et 1/2 concombre étant son préféré pour le goûter mais il préfère que je vienne avec le jus de tomate comme ça il fait croire à ses copains qu'il est un vampire ! (Eh! Une grande soeur fan de Twilight, ça laisse des traces!) lol
Pour autant, je vous rassure, c'est toujours la galère à table pour lui faire manger des légumes mais petit à petit les goûts se forment, preuve que même à 7 ans, il n'est pas trop tard!
Il suffit de leur proposer et surtout de penser à leur proposer même ce que nous, nous n'aimons pas, leurs goûts sont souvent bien différents...
Allez ! Tous à vos extracteurs de jus ou à vos centrifugeuses pour ceux qui ne sont pas (encore) équipés! ;)