jeudi 4 mai 2017

Lorsque bienveillance rime avec infinie patience...

Au lendemain de mes 40 ans, j'ai soudain envie de vous raconter une histoire, un petit morceau de ma vie , parce que je trouve que ce petit morceau mérite d'être partagé et pourra peut-être redonner de l'espoir à quelques lecteurs...

Il y a 16 ans j'ai emménagé dans ma maison (Lutin!!! déjà 16 ans !!!), nôtre havre de paix situé dans une impasse d'une quarantaine de maisons...
Un quartier merveilleux que tous nos visiteurs nous envient  et qui serait juste parfait si il était un petit peu plus ensoleillé et chaud.
Une rue qui ne ressemble à aucune autre rue que je connaisse et dans laquelle les gens se connaissent tous, se saluent par leurs prénoms, partagent les récoltes maraîchères de leurs jardins, organisent des trocs cerises contre framboises, salades contre patissons... Des soirées foot dans le jardin des uns, des apéros ou barbecue dans le jardin des autres...
Une rue avec des voisins généreux, avenants, qui se précipitent pour venir aider celui qui ramène un meuble trop lourd ou trop encombrant, qui se soucient de leurs prochains, prennent des nouvelles des enfants, les emmènent et les récupèrent à l'école si vous êtes malades ou que le travail vous retient...
Une rue dans laquelle on part en vacances sereins parce que l'on sait que 5 autres voisins ont proposé de veiller sur la maison, et dans laquelle on rentre avec le coeur plus léger car on y est chaleureusement accueillis à notre retour...
Bref, je pourrais vous parler de ma rue pendant des pages et des pages mais je pense que vous avez saisis l'essentiel...

Maintenant, dans ma rue comme dans toutes les autres rues , il y a aussi des gens qui sont moins sociables, plus renfermés, voire carrément isolés... Mais fort heureusement ils sont en minorité.
A mes yeux, cela ne fait aucune différence, je salue de la même manière chaque personne et me heurte parfois à des tempéraments plus ou moins susceptibles...
Ainsi il y a dans ma rue une femme d'une soixantaine d'année, peut-être même plus aujourd'hui qui ne salue jamais personne.
Chaque fois que qu'une personne lui dit bonjour elle va jusqu'à tourner la tête dans le sens opposé histoire d'enfoncer le clou de son silence.
Si l'on peut penser la première fois qu'elle est peut-être tout simplement mal lunée, les fois suivantes ne laissent guère de doute sur la nature de ses sentiments à nos égards.
Certains sont même allés jusqu'à conclure très rapidement que "c'est une vieille conne" avec des variantes du genre "aigrie", "présomptueuse" et j'en passe de plus éloquents et plus fleuris ...

Moi je suis plutôt du genre à penser qu'il y a du bon dans chaque personne et que cette femme devait être sacrément malheureuse pour en arriver à ce point. Alors je ne me décourage pas et je continue de lui envoyer toute ma bienveillance chaque fois que je la croise, la gratifiant d'un bonjour et d'un  sourire sincère, même si tous deux demeurent sans réponse je me dis que petit à petit, à force de recevoir de l'amour, cela devrait finir par rallumer un petit quelque chose au fond de son coeur...
Et je suis du genre têtue-buttée-bornée et persévérante !

Un jour,  il y a quelques années, en organisant pour la première fois la fête des voisins de la rue, je suis allée sonner chez elle car même si je n'ai jamais douté une seule seconde de son refus, je tenais à ce que chacun soit invité.
Elle a ouvert son portail et m'a hurlé dessus que j'étais gonflée d'oser sonner ainsi chez elle alors que je ne lui disais jamais bonjour et a fini par me jeter un pot de fleur à la figure avant de me claquer la porte au nez !
Le pot de fleurs esquivé de justesse, je suis restée immobile un long moment me demandant si je n'avais pas rêvé ces dernières minutes totalement délirantes...
Objectivement j'étais quasiment la seule personne de la rue à chercher encore à lui adresser la parole et elle m'accusait moi, de ne jamais dire bonjour alors que cela faisait déjà quelques années que les rares fois où je la croisais je ne manquais jamais une salutation sans jamais la moindre réponse ni le moindre regard !

Méa culpa j'avoue tout ce soir là je suis rentrée chez moi en grommelant que c'était une vieille conne et que son cas était perdu et qu'elle pouvait bien aller se faire voir !!! (Et encore je vous la fait courte et soft car ce n'était peut-être pas tout à fait les mots exacts employés ce soir là :-P )

Une fois la colère dissipée, le lendemain matin, je me suis souvenue de mes formations de psychologie et du fait que bien souvent les personnes en détresse accusaient leurs proches de ce qu'elles se reprochaient elles-mêmes... Ainsi se reprochait-elle de ne jamais me saluer... Tiens donc !
Il y avait donc bien quelque chose qui évoluait et son cas n'était peut-être pas tout a fait perdu !
Vous auriez dû voir sa tête le lendemain de l'incident diplomatique lorsque je l'ai salué de mon plus beau sourire, ni hypocrite ni en colère, juste avec empathie et bienveillance...
Elle ne m'a pas répondu pour autant...

Mes enfants grandissaient , les années s'écoulaient ponctuées de :

- Mamaaaaaan, regarde voilà la dame qui ne dit jamais bonjour ! Mais pourquoi tu veux qu'on continue de lui dire bonjour alors qu'elle ne nous répond jamais ?
- Parce que je crois que cette femme doit être terriblement seule et malheureuse pour en arriver là, alors nous qui avons la chance d'être heureux et entourés d'amour, il est de notre devoir de le distribuer autour de nous, et crois moi que c'est peut-être celle qui en a le plus besoin autour de nous.

Ou :

- Mais maman ça va faire 10 ans que tu lui dit bonjour et que tu lui souris chaque fois que tu la croises! Si elle devait te répondre je pense qu'elle l'aurait fait un jour !!!
- Et bien un vieux dicton dit que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir... Je persévère...

Au  bout de 14 ans, j'ai finit par penser qu'elle ne me répondrait jamais... Mais je ne voulais pas me résigner à ne plus la saluer car cela aurait été comme si sa tristesse et son chagrin avaient eu raison d'une partie lumineuse de moi, alors j'ai décidé de continuer, encore et encore, même si jamais je ne devais recevoir le moindre regard...

Et puis cet hiver, le miracle se produisit!!! Un matin ou je n'attendais plus rien depuis plus de 2 ans... Elle ne détourna plus le regard et bredouilla un "Bonjour" si faible que je me suis demandée si je ne l'avais pas rêvé !!!! Je me suis figée dans ma marche, la bouche ouverte incapable de répondre quoi que ce soit tandis qu'elle continua sa course comme si rien ne s'était passé !
Je n'avais qu'une envie : celle de courir à sa poursuite, l'interpeller par le bras et lui dire :

- Vous m'avez bien dit bonjour là ? Je n'ai pas rêvé hein ???
Lutin !!!! Ca vous aura pris 16 ans pour me dire enfin bonjour !!!! 

J'avais envie de la prendre dans mes bras, de lui faire un câlin limite en la faisant tournoyer cette petite mamie! J'avais envie de l'embrasser sur les deux joues et de la remercier!!!
Bon je ne voulais pas non plus l'effrayer de peur que ses prochains mots ne soient pour  2031 alors je n'ai rien dit mais je suis rentrée à la maison avec le sourire jusqu'aux oreilles  et une chaleur inédite dans le coeur ! J'avais réussit !!! Cela m'a prit 16 ans ! LUTIN !!! SEIZE ANS !!!!


La semaine suivante, le bonjour était un peu plus audible, la suivante plus franche encore !
Le mois dernier elle nous a même encouragé dans nos travaux extérieurs sous le regard médusé de nos enfants qui jouaient dehors !!!!

Pourquoi je vous raconte cela aujourd'hui ?
Pas seulement pour vous offrir la confirmation que je suis suffisamment ravagée pour saluer chaque semaine une personne qui ne m'a jamais répondu en 16 ans, soit à peu près 832 fois sans compter les années bissextiles !
Non ce que je voulais partager c'est le message de foi en l'immense pouvoir de la bienveillance, de l'amour et surtout de la patience !!!
Il y a du bon dans chacun d'entre nous, et certaines personnes ont été tellement malmenées par la vie que cette part de lumière est enfouie si profondément en elles qu'il faut 16 ans pour la faire émerger, mais quel bonheur de voir la lumière se rallumer au fond de leurs yeux !!! Ce sont des précieux cadeaux de la vie...qui se partagent et c'est ce que j'ai fait ce soir...
J'espère que cet article changera votre regard sur "une conne de voisine" , "un abruti de client" ou "un odieux personnage", qu'il vous permettra de l'aider à retrouver la foi et la confiance en l'autre et que vous serez gratifiée d'un précieux sourire que jamais de votre vie vous n'oublierez...

2 commentaires:

Alexandra a dit…

Je ne sais que dire si ce n'est merci pour cette éclat d'espoir. à travers mon petit écran de téléphone vous respirez le bonheur, vous m'envoyez mille et un rayons de soleil. Merci pour votre amour de l'humain. Et merci pour ce petit moment où vous m'avez fait voyagez avec vous. Alexandra, 18ans

Anonyme a dit…

Effectivement, belle leçon de persévérance, mais je ne suis pas sure d'en être capable ;)
Sabine