samedi 7 février 2009

David Servan-Schreiber et son livre...

Il y a bientôt un an, une amie de bourgogne m'a vivement recommandé ce livre...
Je lui avais promis que j'investierai même si j'étais assez sceptique suite aux diverses critiques que j'en avais entendue...
Chose promise chose due... je l'ai acheté en Aout dernier et depuis il dormait sur ma table de chevet dans l'attente d'un peu de temps à lui consacrer sérieusement.


Les grands chantiers de la maison achevés, je me consacre donc d'avantage de temps à ce qui me manquait le plus... la lecture en fait partie....

Ai donc bien entammé ce livre, avant d'en rendre mon jugement je tiens à le terminer...
Par contre , au fil des pages, l'une d'elle m'a fortement interpellée...
Je tenais à la partager....
Je vous l'ai recopiée , la voici...

"L'ours polaire vit à l'écart de toute civilisation. Les vastes étendues de neiges et de glace dont il a besoin pour survivre ne sont pas propices aux develloppements urbains ni aux activités industrielles..."

/Là jm'e suis dit, oh, non, pas encore un laïus sur le rechauffement climatique et ces pauvres ours dont la banquise fond à vue d'oeil, ça devient limite cliché, mais pas du tout.../

"...Pourtant, de tous les animaux du monde, l'ours polaire est le plus contaminé par des produits chimiques toxiques, au point que son système immunitaire et sa capacité de reproduction sont menacées. Ce grand mamifère se nourrit de phoques et de gros poissons, qui se nourissent à leur tour de poissons plus petits, ces derniers ayant eux-même mangé des poissons encore plus petit, du plancton et des algues.
Les polluants quenous deverssons dans nos rivières et nos fleuvent finissent tous dans la mer. Beaucoup sont <<>>, c'est a dire qu'ils ne se décomposent pas en éléments assimilables par la biomasse de la terre ou des mers. Ils font le tour de la planète en quelques années et s'accumulent au contraire au fond des océans. ils 'accumulent aussi dans l'organisme des animaux qui les ont ingérés (ils sont <> et ont une afinité particulière avec les graisses (ils sont liposolubles).
on les retrouve donc dans les graisses animales. D'abord celles des petits poissons, puis des gros qui mangent les petits, puis de ceux qui mangent les gros poissons...
Plus on s'élève dans la chaine alimentaire plus la quantité de polluants organiques persistants augmentent.
L'ours polaire est au sommet d'une chaîne alimentaire, et celle-ci est contaminée de part en part. Fatalementil est le plus touché par la concentration progressive des polluants de l'envirronnement(la biomagnification)."

/Et là j'me suis dit que vraiment l'ours polaire n'avait pas d'bol, non seulement il est victime du rechauffement climatique qui lui fait fondre sa banquise, mais en plus de cette biomagnification! mais c'est pas tout, et le pire arrive.../

"Il existe un autre mammifère qui trône au sommet de la chaîne et dont l'habitat est de surcroit nettement moins protégé que celui de l'ours polaire"...

/Je recheflis donc à ce mammifère dont le futur est peu glorieux si il ressemble à celui de l'ours mais je ne trouve pas... Alors je lis la suite, la dernière ligne de la page.../

"C'est l'être humain!"

J'ai refermé mon livre... C'était il y a 2 jours, j'y pense encore...
Je n'avais jamais regardé les choses sous cet angle...
Une part de moi aurait préféré ne jamais le voir... La part qui veut encore croire au monde merveilleux ou tout le monde vivrait en paix , où les hommes seraient respectueux de cette nature si précieuse qui nous est prétée...
Aujourd'hui je sais un peu plus qu'hier, et ce qui est sur c'est que demain ne sera plus pareil...

2 commentaires:

Tante Anna a dit…

J'avais entendu une interview de Servan-Schreiber parlant de ce cas... Ca fait peur hein ?

Je ne comprendrai jamais pourquoi les les produits nettoyants (entre autre) nocifs sont encore autorisés. Ca me dépasse.

Quant aux pesticides, il est clair que ce n'est qu'une question de rendement et de profit ! Chez moi, dans un des deux seuls magasins du village, il n'y a qu'un tout petit, petit stand de légumes/fruits bio. On y trouve guère que des courgettes, des oignons, des pommes, des raves et .... c'est à peu près tout !! Donc pas bcp de choix.

Ca me gave de voir ce que les humains font de leur planète. Mais il sera difficile de changer les mentalités. Même si ça va un tout petit peu mieux et que les gens commencent enfin à prendre conscience qu'il faudrait se dépêcher d'agir. Est-il trop tard ? J'espère que non.

Sur ces bonnes paroles, je vous fais plein de gros bisous

Marjorie a dit…

Bon dieu que ça fait plaisir de se sentir un peu moins seul sur terre et de se rendre compte que les amis des amis partagent des prises de conscience et des attitudes... car de notre côté, on n'a pas vraiment l'impression que les gens se rendent compte de l'empoisonnement au quotidien, j'en passe des meilleurs... pire quand on entend notre ministre de l'environnement le plus calmement possible que le pire qu'on prévoyait sera bien pire encore et pour 2015.... et j'ajoute que l'ours polaire est contaminé et les inuites aussi car leur principale consommations sont : viande d'ours polaire, poissons, tous comtaminés... les pères allaitent les enfants les contaminant à leur tour d'où problèmes de fertilité... et je vous laisse imaginer la suite : "l'homme est un loup pour l'homme" et le pire ennemi que nous avons à redouter, c'est nous-mêmes et nos abus de confiance...

Marjorie