dimanche 22 février 2009

Faut-il vraiment choisir entre respect et politesse?


On dit que l'exactitude est la politesse des rois!
C'est l'un de mes dictons préférés... Je déteste être en retard, et si je fais tout pour être toujours la plus ponctuelle possible, j'avoue que depuis les enfants c'est devenu un peu plus difficile.
Avant, lorsque j'étais seule, ma ponctualité ne dépendait que de moi, aujourd'hui je dois prendre en compte trois autres petits "facteurs retards" qui semblent déployer une énergie incroyable à nous retarder coûte que coûte!
Pour essayer de tromper le temps qui passe, j'ai même avancé les horloges de la maison de 20 minutes puisque c'est en moyenne le  "handicap de 3 enfants en bas âge à gérer"!
Alors, lorsque malgré tous mes efforts, je trouve encore le moyen de me laisser désirer, mes premiers mots sont des mots d'excuses. Pas des tartines, juste un "excusez-moi pour ce retard"ou équivalent...
Pour moi, c'est une question de respect. 
Le temps de chacun est précieux, et le retard est le meilleur moyen de le gâcher . Comme je déteste perdre mon temps, je déteste également le faire perdre aux autres... L'histoire d'un autre dicton qui appartient à ma ligne de conduite: "Ne fait pas aux autres ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse"...

Depuis quelques années, est apparu en société un nouveau comportement.
Peut-être un peu inspiré de NCIS et de Gibbs qui ne cesse de répéter qu' "il ne faut pas se justifier/s'excuser (variante selon les épisodes) , que c'est un signe de faiblesse!"...
Mais pas seulement...
Dans les formations d'entreprises destinées aux cadres, managers et aux métiers de psychologie  on enseigne désormais la même chose!
Ainsi, Christophe  s'est vu dispensé cet enseignement lors de ses formations  à l'hopital psy...

Le pire, c'est qu'il semble que ce nouveau "code de communication" fonctionne à merveille chez les classes sociales à qui il est dispensé! 
Me suis déjà risquée à présenter des excuses à ma supérieure hiérarchique  et ai vu son attitude avec moi changer du tout au tout.

Ce qui à mes yeux représentait une marque de respect était aux siens une marque de faiblesse!



Riche de cette expérience, je me suis faite violence la fois suivante et ai gardé la considération qui m'était jusqu'alors attribuée. J'étais écoeurée, mais respectée!

Je n'avais pas revécue de situation semblables depuis que j'avais quitté le monde professionnel au début de mon congés parental. Voilà que depuis quelques jours, le travail à l'hôpital me confronte à nouveau à ce type de personnes qui me déstabilisent... 

Faut-il donc vraiment choisir entre politesse et respect???
La ligne de conduite que je me suis fixée me pousse à maintenir des excuses  à une personne lorsque je juge lui avoir manqué de respect. Moi, Sophie, je préfère ignorer ce type de règles dictées par les faibles et les imbus de leur personne à l'ego démesuré... Mais c'est loin d'être toujours facile, et cela me vaut de n'être pas considérée à ma juste valeur je pense (toute prétention exclue biensur ).

Mais comment en sommes nous arrivés là???
Ai retourné le problème dans tous les sens et ai peut-être trouvé deux explications.
Prenons l'exemple de deux personnes qui discutent, l'une d'elle blesse l'autre par des propos durs lancés sans ménagement.
• Pour la première, je pense qu'il est bien plus simple pour l'Homme (au sens général) de penser que l'autre est susceptible plutôt que de se remettre en question et d'accepter la simple idée que peut-être il ait pu être maladroit, ou que peut-être il n'ait pas fait l'effort nécessaire pour faire passer un message sans faire de peine. 
Accepter que notre comportement n'ait pas été le meilleur et avoir à présenter des excuses devient alors un signe de faiblesse, un peu comme si dire "pardon" voulait dire "je suis nul" ou "je suis faible" si cela parle vous plussss.
• Pour la seconde, je pense que pour avoir la démarche de demander pardon il faut faire attention à nos proches. Comment s'excuser d'un mal que l'on aurait causé si notre égocentrisme ou notre égoïsme nous empêche de remarquer la détresse de celui qui est face à nous? 
Et ça, ce n'est pas facile non plus... Dans un monde ou la planète parait tourner à l'envers et ou tout le monde semble assailli de problèmes qui ont tous plus d'importance que ceux des voisins, accepter de s'ouvrir sur les autres et de les considérer comme nous est chose rare.

Seulement moi, je pense que cela ne marche pas comme ça, ou plutôt je refuse que cela marche comme ça!!!
Moi je pense qu'accepter de se remettre en question est certes plus difficile, mais je pense que cela fait grandir. 
Je pense qu'il est difficile d'aller vers l'autre et de lui dire que nous avons réfléchi et que nous pensons que notre comportement n'a pas été le meilleur. Il est difficile de faire attention à nos proches au point de remarquer si ils ont de la peine sans leur poser la question, difficile de "se mettre un petit peu entre parenthèses" et de prêter réellement attention à ceux qui nous entourrent.
Cela fait partie de l'enseignement à nos enfants sur lequel nous sommes intransigeants. Lorsque l'on agit mal, on doit s'excuser... Pas dire juste "pardon" comme on dirait "bonjour": présenter de vraies excuses. C'est très important.

Plus tard, nous risquons d'être amené à leur expliquer les "nouvelles règles" de société, mais alors, ils seront à même de choisir le comportement qu'ils devront adopter.

Peut-être seront-ils amenés, comme nous, à faire parfois des choix qui ne leur ressemblent pas, et ce,  dans l'intérêt d'une tierce personne qui à besoin de notre aide. Alors, ils serreront les dents , mettrons leur poing dans leur poche et leur mouchoir par dessus... Et peut-être qu'en rentrant chez eux, ils iront lâcher leur colère sur leur blog...

1 commentaire:

boubou a dit…

moi je dois faire partie des faibles alors ... car dés que j'ai le sentiments d'avoi fait quelque chose meme d'infime .. je m'excuse ... une sac trop pret d'une personne dans le bus ou alors une reflexion sorti de je ne sais ou .. bref je respecte les gens comme ils me respectent ...

mais ce n'est pas a la portée de tout le monde ... il n'y a qu'a voir ceux qui te bousculent en ville ou ailleurs et qu'is partent sans rien dire ... ca c'est THE truc qui m'enerve !!!!

on se demande même ou ils ont appris la politesse .. Ma mére ma appris la politesse et le respect et j'en suis fiére, elle a fait de moi quelque que je qualifirais de bien.

Alors devenir con pour suivre les régles ??? trés peu pour moi si la nature veux que je passe pour une faible ? ben jedirais améne ... (ton Q ke je tape dessus lol) je ne changerais pas ma personnalité pour CES régles je suis omme je suis ... tout simplement alors juste une chose : inculque a tes enfants la vraie vie celle que tu connais et celle que tu respecte tu es une super maman et ne te laisse pas dérouter pas ces régles totalement débile !!!!

Gros kissouilles a toute la famille !!! vous me manquez !!!