mardi 13 novembre 2007

Acerola: attention lors de son achat !


J'étais en train de faire des recherches détaillées sur la cerise acerole, pour la vitamine C quand je suis tombée sur cet article sur satoriz.fr...
Comme moi même je me suis "faite avoir"... Je pense qu'il est utile d'en parler...
Il y a un scandale latant avec les comprimés d'acerola...
Voilà pourquoi....
Quoi qu'il en soit, cette cerise reste la plus efficace et la plus naturelle source de Vit.C.. Il suffit donc de faire attention lors de son achat::

40 g de cerise acérole contiennent de vitamineautant qu’un kilo d’orange !
On s’est donc empressé de l’extraire et de la proposer sous forme de comprimés délicieusement acidulés, sous le doux nom d’Acérola.
Mais il y a un problème, de taille : la quasi-totalité des produits présents sur le marché ne sont pas du tout conformes à ce que l’on peut en attendre, suite à trois embrouilles que nous allons méticuleusement vous décrire. Y’a pas de raisons que vous soyez les derniers informés


1. La soit disant « pureté » de l’extrait
Le fameux extrait d’acérola, les fabricants de comprimés ne le produisent pas eux-mêmes, ils l’achètent. Voici comment il est réalisé : la petite cerise acérole est broyée, filtrée puis mélangée à de l’eau. Le liquide ainsi obtenu est réduit sous forme de poudre grâce à une évaporation de l’eau à très faible température (rendue possible par le vide) et à l’ajout de maltodextrine. L’extrait obtenu contient 17 % de vitamine C, la plupart du temps. C’est le cas lorsque le laboratoire chargé de l’extraction est éloigné du lieu de culture de la cerise, le travail se faisant alors sur des fruits verts, ou mûrs mais congelés. Lorsque l’extraction se fait sur place, au Brésil, avec des fruits à maturité optimale, l’extrait peut alors contenir jusqu’à 25 % au mieux de vitamine C. Comment se fait-il donc que la majorité des fabricants utilisent des extraits qu’ils achètent comme étant garantis à 30, 35 voire 40 % de vitamine C ? Tout simplement parce que là aussi, il y a tricherie. Et celle-ci n’est pas décelable sur l’étiquette… Dès l’obtention de l’extrait et avant que la poudre ne soit revendue à un fabriquant de comprimés, le laboratoire rajoute de l’acide ascorbique à sa préparation ! Et ce fait-là, seuls les professionnels de la filière Acérola le connaissaient jusqu’à il y a peu : avant l’an 2000, la quasi-totalité des extraits d’acérola étaient trafiqués. Depuis, la filière s’est en partie assainie sur ce point-là. En partie seulement…

Soyons positifs : existe-t-il un moyen qui permette à un fabriquant d’être sûr de disposer d’un approvisionnement d’extrait d’acérola de qualité ?

Oui. Il lui faut tout d’abord préférer une poudre obtenue au Brésil, bien sûr. Il est également nécessaire de réaliser une analyse pour évaluer le taux de vitamine C que contient cet extrait : s’il est supérieur à 25 %, on peut être certain que ce qui peut apparaître comme un gage de qualité est au contraire une fraude… Mais on ne dispose que d’un seul moyen qui permette réellement de savoir si un extrait est exempt de tout mélange avec une vitamine C de synthèse : il s’agit de l’analyse au carbone 14. Coût de l’opération, pour une simple vérification : environ 2 000 euros… Il va sans dire que bien peu d’opérateurs se donnent les moyens d’avoir la conscience tranquille.

2. La teneur en vitamine C naturelle d’un comprimé : une tromperie délibérée
Nous l’avons vu, les quantités de vitamine C attendues par le consommateur sont importantes. Afin de ne pas multiplier le nombre de comprimés à avaler, les fabricants ont estimé qu’il était utile de proposer un dosage de 500 mg par comprimé. Or, dans un comprimé de taille raisonnable (2 grammes), on ne peut techniquement pas intégrer plus de 120 mg de vitamine C extraite de la cerise acérole*****. Quoi qu’on vous dise, qui que ce soit qui vous le dise, c’est impossible. Pour les 500 mg, on est donc bien loin du compte…
Qu’à cela ne tienne : les fabricants ont pris l’habitude, depuis plusieurs décennies, de rajouter la vitamine C manquante sous
une forme synthétique dans un comprimé qui est supposé n’en contenir que de la naturelle ! Et cela dans des proportions qui permettent sans problème de qualifier d’arnaque tout comprimé d’acérola soit disant dosé à 500 mg de vitamine C naturelle : l’apport en est réellement que de 120 mg, au mieux, agrémentés de 380 mg synthétiques… Nous avons même sous les yeux un produit vendu sous le nom d’Acérola qui contient moins de 10 % de sa vitamine C provenant du fruit concerné ! Le consommateur averti fera pourtant la différence en lisant attentivement la liste des ingrédients (et non l’analyse) du produit : si les termes « acide ascorbique » ou « ascorbate de sodium », « sodium ascorbate », « vitamine C », « esther C », « préparation de vitamine C » y apparaissent, c’est bien de vitamine de synthèse dont il s’agit.


3 : Marketing et abus de langage
Les informations circulent… On commence à savoir, chez les distributeurs, qu’il n’est pas possible de concentrer dans un comprimé autant de vitamine C naturelle qu’on le fait croire. Le produit risquant de ne plus être techniquement crédible bien longtemps, beaucoup de fabricants ont trouvé une autre parade, encore plus pernicieuse que les deux précédentes embrouilles : ils trompent directement le consommateur sur le taux de vitamine C du comprimé, naturelle ou pas. Une pastille en contient alors bien moins qu’on est en droit de le supposer. Voici quelles sont les ficelles : on inscrit en gros sur l’emballage « Acérola 500 », « Acérola 600 » « Acérola 700 ou 710 », ce qui laisse entendre au consommateur que le comprimé contient autant de vitamine C. En fait, c’est autant de milligrammes d’extrait d’acérola que le comprimé contient, pas de vitamine C ! Exemple : un comprimé d’Acérola 500 contient 500 mg d’extrait d’acérola*; le taux de vitamine C d’un extrait étant au maximum de 25 %, ce comprimé ne contient réellement au maximum que 120 mg de vitamine C…

*Pour un comprimé de 2 grammes. Le reste est composé d’ adjuvants tels qu’agents de compression, polyols, sucres, arômes…


QUE CHOISIR?

1) Poudre d’Acérola Guayapi
Autre alternative : ne pas consommer de comprimés d’acérola, mais directement de l’extrait.
Guayapi en propose un de très grande qualité, préparé au Brésil. La prise d’un gramme de cette poudre vous apporte 220 mg de vitamine C naturelle. Une petite cuiller bombée en contient environ 2 grammes, soit 440 mg de vitamine C naturelle.

2) Jus d’acérola bio Voelkel
La cerise acérole bio est ici pressée et mise en bouteille, sans aucun autre ajout. 100 ml de ce jus (la moitié d’un petit verre) contiennent 650 mg de vitamine C.
Ce jus est très acide et pas forcément agréable tel quel. Nous vous conseillons d’en mélanger une ou plusieurs cuillers à soupe à un yaourt ou à votre jus de fruit favori.
Désolant, mais c’est la grande tendance actuelle.

3) Les comprimés
Maisen faisant bien atention à la composition. A savoir que c'est biensouvent dans les boutiques Bio que l'on trouve la melleure qualité car eux ne sont pas sous l'inflence des grandes firmes pharmaceutiques qui ne veulent que s'enrichir sur notre dos!

1 commentaire:

Carrarino a dit…

Fatti delle belle spremute di arance siciliane.
ciao